Pådje:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/8

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 8 —

COLAS

C’est Mathî avou l’mônonck da Jôseph, ji m’sâve.

CATHRÈNE

Allez po l’couhenne Colas, vos sôrt’rez po l’coûr (is sortait tos les deux).


SCINNE IV
MATHI, NOÉ puis YANN’ et CATHRÈNE
MATHI tot z’intrant

T’es st-on vîreux.

NOÉ

Vos v’s trompez camarâde, c’est vos qui vous todis avu raison. Ji sé bin çou qu’ji dis, ji n’sos nin saû.

MATHI

Nenni, c’est mi qu’est saû.

NOÉ

Ji n’dis nin qui vos l’estez.

MATHI qui s’èpoëtte

Comme vos z’y aller, il avîss’ qui c’est vos qu’est tot et qu’Pèneie n’est pus rin.

NOÉ

Mathî, i n’fait nin a discuter avou vos. Vos z’èsmonter comme ine sôpe âx laiçait.

MATHI

Ji v’s dis co n’feyë, qui n’aveus noucqu’ comme mi ès régîmint. Jel z’âreut st’èsbrôchi tos comme on chap’let d’inglitins.

NOÉ

Et mi ? I m’âreus falou veyë.