Li Walon’rèye èt lès oûhês

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou.
Li Walonrèye èt lès oûhês
rortografiaedje da Joseph Bacchus, pol « Copinerèye dès Waloneûs do Payis d’ Sâm » du 22/11/1999
Li Walonrèye èt lès oûhês

Qwand l’ Maîsse des maîsses out, sins à r’dire,
Fait nosse Walon’rèye, les oûhès
S’i tapint come foû d’ ine volîre
Qui vinrût d’ piède sès deûs ouhès.

I gn avût dès vètes djâserines,
Dès breun’s tchèrdins, dès pique-mossês,
Dès rodjes-cawes, dès p’tites bèguines,
Dès ligneroûs, pimâys èt rôtês,

Dès raskignoûs, tchac-tchacs, arondes,
Rodjes-faces, ôrimièls èt mohons,
Siz’lèts, tchâpin.nes, bèles èt totes rondes,
Grossès poyes d’ êwe, soûrs dès pèhons,

Hosse-cous, gros-vèrts, dès favinètes,
Siprêwes, mâzindjes, pîwitches tot p’tits,
Sins rouviyî lès grisès fâvètes
A neurès tièsses èt do payis.

On bê pîmây al face bin rodje,
Lès ûs malins, neûrs favoris,
Diha : « C’est chal qui l’ boneûr lodje
Nos-avans trovi l’ paradis …

Seûlemint, dji crû qu’ i-gn-a d’ l’ ovrèdje
Po lès cès qu’ î vôront vikî…
Les nawes, les pâlots sins corèdje
Troûv’ront l’ tère mâ-nète po s’ coûkî …

Por mi, dji va bâti m’ mohinète
Al fontin.ne, tot près dès sapins …
Dj’ î k’tchèssrê l’ afrontîye mohète
Lès balous, frumihes èt vièrmints … »

« Dji f’rè come vos, mins fât dj’ pignetèye » :
Djouk-sa l’ pique-mossê, l’ air djoyeûs …
« Mi lodjis sèrè ‘ne ronde botèye » :
Gruz’na l’ roytê, voletant paw’reûs :

« Et dj’ ouvèrrê sorlon mès fwèces » .
L’ aronde titiya :  « Dji voû l’ cî bleû,
Dj’ î frè seugne azès massies bièsses,
Ele mi r’craidront pus tchî qu’ on leûp. »

Tos lès autes promètint d’ fé l’ guère
Azès holines, sins s’ arêtî :
I djurint d’ ènnè purdjî l’ tère
Et d’ ovrî tortos sins comptî.

« On tchanterè d’timps-in-timps ‘ne pasquêye. »
Rik’minça l’ pîmây tot riyant :
« Au travay, èle nos fait mamèye
Et dispiète li pus malignant. »

« Po tchantî,dju n’èl sârû fère. »
Plainda l’ tchac-tchac tot soumatchant :
« Tchac-tchac !… c’èstût l’ bokèt d’a m’ mére,
Et m’ pére d’hyût :  « fut ! » di pus o s’ tchant ! »

Li raskignoûl purda l’ parole :
« Tot l’ monde n’ a nin l’ vwès po tchantî.
Li ci k’ oûveure n’èst jamây drole.
Tchactchac-ovrî, seûye rèspectî… »

Dji tchant’rè, mi, fré, sol grande plin.ne,
Al nut’ ti m’ pôrès v’ni hoûtî…
T’ètindrès l’ Moûse brûtyi contin.ne
Pace qui dj’ l’ ârè savou vantî !…

« Nos frans parèy » dihint l’ fâvète
D’Espagne, li vèrt et l’ gris ligneroûs :
« Vos ètindroz ‘ne saqwè qui pète,
Qwand l’ fumèle sèrè so lès oûs … »

Tot criyant tot come in-aveûle
Li mohon tchîp’ta si p’tit mot ;
Pwis l’ djène sîz’lèt djâsa, pâheûle :
« Mès frés m’ prindront p’on sot,

Mins dj’ vou qu’on-s-oye mi grûzinèdje
Li long des rèws, sol sètch aunê :
Dji n’ î minerè nin grande arèdje
Dj’acwèd’rè, tranquile a m’ tchancê … »

Li Bon Diu qu’èstût sol’ Amblève,
S’ arèsta tot-z-oyant tchak’tî …
I tûsa, l’ pôce al féve:
“Ouhês, dji v’ pardiène aîdî…

Po qu’ on n’ î pôye nin djètî ‘ne lâme,
Cès pays chal sèront bènis :
Walons, Walones âront vost’ âme
Di tchanteûrs èt d’ ovreûs finis… »

C’èst d’ çoula qu’ è nosse Walon’rêye
On loume on travayeûr « ligneroû »
Et qu’ on dit d’ one brûtiyeuse djône fèye :
« Ele a l’ gozî d’ on raskignoû.”

Li siz’lèt, -c’èst si pô damadje-
Roûvèye âdjoûrdu tièrs èt bwès,
Po p’leûr vini mahî s’ ramadje
A cî dès grands tchanteûrs lîdjwès.

I v’ out dire : « Les oneûrs timpèsse
Dûrint gotî tos s’ faits qu’ vos :
I sît qu’ ine bèle rodje nâle ou ‘ne fièsse
Ni v’ rindrèt ni grands ni pus gros… »

Il aime d’ oy dès cours bat di djôye
Po nosse languèdje todi vîgreûs …
Et z’ a bon di v’ vèy sol bone vôye,
Vos autes, si brâves, si corèdjeûs ! »