Les cougnous dèl boune cinsrèsse

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Les cougnous dèl boune cinsrèsse
Les cougnous dèl boune cinsrèsse

Les cougnous dèl boune cinsrèsse

Noyé 1915 !… ça va co a dmée.

1916... I comince a strape, ça dvént sèr po branmint.

1917 !… dije nouf cint dizète !... on pout sèrer l'blouke : pus one faflote dë paute à mèch'ner. Po des cés qu'i gn'a ça va yèsse li fôrtune ; po l's-autes, li misére; po les chômeûs, li dépôrtacion.

Zandë Miye l'a chapé bèle: il à polu d'morer dlé s'fème et ses p'tits èfants. Fligote a migote, il a mindji ses ptitès spaugnes ramasséyes è grètant : les djournéyes n'estin' ni fèles et ça cosse, don, po z'acléver cénq èfants.

************************

C'est d'mwin l'Noyé.

Totë li nait, il a djalé a pire finde et l'bîje qui sofèle chove dëvant lèye one nîve fine come dèl pouchère dë grègne et rètche come dè blanc sauvion. Les èfants d'mand'nèt si li P'tit Noyé pass'rè. Qwè faut-i rèsponde ? « Oyu, sins manque, si v's-estoz bén sâdjes ! - Nos-estans bén sâdjes et nos d'jans nos prières po z'oyu on cougnou ». On cougnou !… on vrai cougnou !… qui ça dwèt yèsse bon quand on pinse qu'i gn'a si longtimps qu'on n'a pus mindji, po dire, on vrai bokèt d'pwin.

Dèl samwinnë, on z'a promètu one racion d'boune farène quë les Américains èvôy'nèt po nos autes fièster l'Noyé. Mais Jèrôme Bèléwe, l'criyeû dèl vile, dwèt nos apwarter l'novèle et, djusqu'asteûre, dins les rouwes si sonète n'a ni co chilter.

Nauji di ratindë, Zandë va po veûy di qwè i r'toûne. Quand il arive su l'place, is sont d'ja la sacwantes : des fèmes rafurléyes dins leus chabraques; des homes, l'casquète èfonciye su les orèyes, l'ècherpë au cô, clapant des chabots, tos visadjes dë pau-magnes qui ratind'nèt. Is wét'nèt, sins moti, l'uche dè « Ravitay'mint ».

Enfén, èle si drove... on va soyu qwè... Quë l'Bon Dieu vouche !...

L'Ugène Monstau plaque on papi scrit su l'blafture et sère l'uche... On z'avance... on lit :

Avis

La distribution de rations sitpplémentaires de farine blanche annoncée pour cette semaine n'aura pas lieu.

Commission for relief in Belgium.

Les visadjes si r'frogn'nèt...

C'est ça l'cadëau dèl Noyé!...

On sint qu'les djins sont mwais. Si n' dij'nèt rén d'abôrd, i n'è pins'nèt ni mwins'. Les dints grign'nèt d'colére... Poqwè promète et n'rén d'ner ?... Est-ce po fé djèri nos èfants ?

C'est s-on n'va ni djusqu'a dire quë les cés quë sont la, padri l'uche, èn-aront, zèls, dèl farène po fé des cougnous.

L'mèssadjî qui passe sâye dë les rapaujî… Il esplique come i pout : L'batia qu'apwarteûve le grain a pèri... on sous-marin l'a bombardé... i vént d'lire ça dins l'gazète holandaise quë c'est minme on maisse d'au Colédje qui l'a tradut d'vant li. Les djins d u Comité n ' sarin’ rén f'é… C' est l' guère ! … Qwè v’loz. ?...

Oy, c'est l'guère !... po des céns qui gn'a... ni po tortos.

Et Zande Miye, disbautchî, rinture les mwins vudes a s'maujone.

************************

« Si dj'iros fé on tour au viladje, dist-i a s'fème. Bén aschai si dji n' rèsconture ni su m'vôye one boune âme quë s'lérot a dire po qu 'nos-auyanches dë qwè fé on cougnou po l's-èfants. - Sèviche dë mi ! » Oy', i comprind. I li dmeûre sacwants marks, les dairéns qui l'a touchi au « Chomadje ». I les prind, il è va.

I cotoûnë St Lambert. I passe al' Maladréye.

« A l' Maladréye
Tchaude doréye. »

C'est dins l'timps qu'on tchanteûve ça!…

I s'ahote one miyète dlé l'marchau d'Jodogne-Sovrinne.

I fait si bon dins l' fwadje: on air dë fè vaut mia qu'on air dë violon.

Lë vla èvôye po Dongbiè... i toûne et ratoûne dins l'viladje. N'a branmint què l'conuch'nèt ; mins on l'sint v'nu d'au lon : « Dèl farène ?... C'est ni des marks qu'i faut c'est des pîces, et branmint, po n'oyu on quautron. »

Zande a lauvau, su Lauthu, one nèveuse dë s'mame quë cultive. Si l'irot trover ? Ele est fwart pwartée po les caurs... C'è-st-one arabe... one vîye cranchoûwe ; i l'sait bén. I n'faut qu'on côp tot l'minme.

« Bondjou, Cousène !…

- Téns... qui estoz ?

- Zande, lë fi da vosse matante Mèliye.

- Ah!… démwère !… dji n' t'aros ni r'mètu. T'es choyu m'chone-t-i... T'esteus si gros, ti vla tot ramwèri... Est-ce qu'on t'a foutu a l'uche qu' t-è-st-en route pa on si dèr timps ?

- C'est d'mwin l'Noyé, cousène; les èfants n'aront pont d'cougnous... Dji v'neûve veûy' - è payant savoz - si n'arot ni moyén d'oyu - së wére quë s'fuche - one pëtite miyète dë farène, wai, one grimiote, dë qwè fé deus twès gnongnons cougnous.

- Ah ! m'pauve crapon, cë qu' ti d'mandes la !... dèl' farène?…

- Ou bén one miyète di grain, djèl moureûs dins l'molén a cafè.

- Dè grain !… gueûye dë m'vé, dè grain !… Vos l'pins'riz môrguiène bén !… et les rèquisicions !… et l'ravitay'mint !… »

Zandë s'a tait. I n'a pèsant su li stoumac ; mais kune avance dè dire ci qu'il a la, su l' cœûr ?... I rawaite autou d'li. I s'rapèle li p'tite maujone di s'matante Norine ou c' qu'i v'neûve dëvant l'guère, al' fièsse tos l's-ans. Ele a asteûre one ètarje, on z'a ç'minté !'façade. Li stauve est alaurdjîye: chis vatches ou c'qu'i gn'aveût qu'one aumâye … et des bèrbis... et des pourcias : « Pauve cousine, quë v's-estoz ritche... avou les caurs des malureûs !… »

Zande è va.

I rote drwèt d'vant li... a l'astoume. La l'tchapèle St Djèn'vîre astoc dèl grand bwès. I dirot volti one pater si n'arot l'coradje; mais va twè priyî quand ti veûs tot c'qui s'passe, quë les djins sont des tigues sins cœûr, qu'on z'è renoyi pa ses prôpes parints. C'est a crwère quë gn'a pus pont d'Bon Dieu.

Autout d'li, i veût les grossès cinses ètassîyes dins leus payis. Come i dwèt fé bon d'viker la-dins, timps dèl guère !... Dè blanc pwin a digue et day', des pans d'laur au soumi... dè bon bure... des bons-ous.

Il les conait totes pa leû nom, les cinses,... Les Wahindjes, l'cinse Blondeau... les céq Sitwèles... Crécoû... l'Risbay !… l'Couviètrîye et lauvau l'Chisë ou c' qui fait si bia et si bon.

Il irot bén bouchi a l'uche. On li donrè on bokèt d'pwin come aus-autes, come on done au bribeûs qui passe, mais ses p'tits èfants n'aront pont d'cougnou.

Et d'disbauch'mint, l'pauvë Zande s'lait tourner a gn'gnos d'vant l'Tchapèle et somadje dins ses mwins.

************************

Come les blancs pawions qui voltéy'nèt dins l'aréye, li nive toume, pus spaisse et pus blanke dins l'nwèreû qui comince a v'nu.

Tot d'on côp, Zandë sint one mwin quë s'aspoûye su si spalë. I si r'toûnë et si r' dresse èwaré.

« Qwè fiyoz la, l'home ?... qui estoz ?... I m'a choné qu'vos darmiz, adjèni d'vant l'tchapèle, et dj 'a yu peû quë l'nivë v's-arot rascouvru. »

Zandë dit qui il est, qwè et come, d' ou c' qui d'vént, poqwè c' qu'i brait la.

« Dji sos l' cinsi Môrsén, dist-i l'aute, suvoz-me. »

Èchone i grip'nèt l'tiène des Fosses-Copètes. Les vla dins Pètbay'. Padri l' baurîre dèl' cinse deus gros tchéns d' cou aw'nèt.

« Couche ! » dist-i l' cinsi aus deux bièsses qui vont s'tèrer è grûlant dins leu togna.

Môrsén a dit deus mots a s' fème.

Zandë s'a achis d' lé on bon fè. L' tauve sèrè rate mètouwe : dè bolant cafè... dè lacia... on moncia d' briquets.

« Fyoz come a vosse maujone... sins façon... on n'si fait ni priyi… ».

Quand il est bén bèsogni, on li d'mande si n'a rén po mète … I satche fou di s' potche one ticlète a caraus quë l' cinsi rimplit d' boune farène dë frumint.

« Asteûre, alez-è rat'mint fé prustu vos cougnous, la one live dë bûre et sacwants ous qu' vos boutroz dins vos potches. »

Stronnant d'èmocion, l' pauve Zande dimande ci qui dwèt po tot c' qu'on li done la.

« L'est bon ainsi !… Pont d' messatches !... Alez r'z-è. »

La Zande Miye su l' vôye, ureus come i gn'a pont.

I tchant'rot volti si l' canon në r' dond'rot ni si fwart, lauvau, bén lon.

I pinsë a ses p'tits èfants qu'aront tot l'minme les michots d' leu révë... I fait des pas d' gèyant... il est lèdjère... il est bunaujë...

«Halte!... »

Au tournant dèl pavéye dë Lovain deûs soudards boches sont la, dressîs d' vant li. Padri zèls, on civil : C'est Berlino, on traite qui mînne les Alemands tout ou c' qui gn'a on mannèt côp a fé.

Zandë s'astaudjë, stoumaké.

One lampë èlèctrique braque si lumîre su l' paquet qu'il èssère dins ses brès. I sint bén c' qu'is volnèt. I saye dë lès atinri :

« C'est l' Noyé d' mes èfants... dji véns di d'lon... Po l'amour dë Dieu léyiz-m'raler !… »

************************

On home qui trayi s'payis n'a pus pont d'sintimints. Les boches s'arîn' quidfiy' léyi a dire, Berlino a mwins' di cœûr qui l'mwins' d'inte zèls. D'one mwin brute i satche li paquët, drove li ticlète, rispaud l'farine pat' tavau l'vôye, dizos l'nive quë toume a s'paissès flotches, et, scafant d'rire come d'one pasquéye, les trwès moudreûs fij'nèt d'mé tour et zè r'vont.

Zandë si dimande ci qui l'a ëspétchi dè saut'ler su Berlino ët d' l'apougni pa l'anète. Come il l'arot stronner d'bon cœûr ! One fwace l'a ractént maugré li. I l'arot payî tchèr, c'est l'vrai; mais i l'arot fait a s't'idéye, i sèrot soladjî.

Qwè va-t-i fé asteûre ?... I saye dè rauv'ler dins ses mwins l'farène qu'est la stauréye su l'nîve. Vis l'pinsoz bén, n'a ni moyén !

Pauves pitits èfants !... Et dire qu'is ont bén dins l'bon qui lë P'tit Noyé pass'rè c'nait-ci por zèls !…

Zandë si sint tot daurnusse et jamais d'la vië in' s'ëxpliquerè comint i s'a trové al cinse è trén d' raconter s'malûreuse quénte al' boune Madame Môrsén.

Ele l'a chouté sins rén dire. Sins brût, ele a drovu l'uche dèl tchambe ou dam'nèt ses èfants. Leus cougnous sont la près' su l'tauve, au mitan dèl place, des bias grands cougnous tot r 'lûjants.

Elë les prind... les rôle dins on drap, les apwate: « Tènoz, pwartez ça a vosse fème au-pus rate, ralez-è c'côp-ci au truviès dèl' Bwès Saint Servay' ; c'est one miyète pus lon sins manquë, mais i gn'a pont d'danger d'rescontrer one sakî par la.

Et vos, Môrsén, a l'ovradje !... I faurè chaufer l'for, dji m'va fé one nouvèle cujéye di cougnous po nos èfants !

Note Wikissourd
Parexhou dins « Contes d-a prandjêre » (1932); cisse modêye ortografike ci, c' est l' cene des Cayés walons l° 29 (decimbe 1939), on limero k' a rexhou djusse après l' moirt do scrijheu.
Apus ki: li spotchåve voyale /œ/ est riscrîte vaici « ë » come e Feller-Soverdeas. Elle esteut djusse notêye « e », a môde francesse (çou k' esteut accepté e prumî sistinme Feller), dins l' edicion des Cayés walons.