Lèye

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.
Lèye

Çu n’èst qu’in tout p’tit mot ! In tout p’tit mot d’ quate lètes !
« Lèye » El chèr grand trésor qui nos a doné l’djoû,
« Lèye » qui, dins s’vikériye a tant soufru pour nous,
« Lèye » qui s’fèyeut tant pwène quand nos brèyîs ’ne miyète

Come planète, èle n’a yeû qu’ène convoye di douleurs
Des longus fayès djoûs et des bouchons sins fleûrs
« Lèye », quand nos stis rûjîles, fachotès dins s’ côrsâdje,
Nos fèyeut des risètes pou wétî d’nos t’ni sâdjes…

Asteûr qui nos stons grands et qu’nos n’el wèyons pus,
No cœûr qui bat pu fôrt, comprind ç’qu’il a pièrdu
Dj’é co souv’nance qu’al chîje, tout mûs’nant ’ne ârguèdène,
C’èsteut su s’ bleû cindré qu’èle consoleut nos pwènes !

Pwènes di tout p’tit gamin qu’in gros bètche arèteut,
Pwènes di mannè gach’nâr qu’lèye toute seûle compèrdeut.
Mins pourtant, p’tit-za-p’tit, l’djonèsse timpe èvolèye,
En nos fèyant pus fôrt, ratasseut les anéyes…

…Du blankichant cripè qui nos consyeut toudis :
« Atincion, m’grand gâté, fuchèz bén sâdje, no p’tit !»
No p’tit ? Oyi no p’tit, pasqui ç’mot-là, pour lèye,
C’èsteut toudis s’n èfant, s’pètit tchot, qué mèrvèye !

Asteûr, qu’èle est stindûwe, qu’èl têre l’a rascouvru,
Quand, souvint, dj’é dandjî d’in consèy’ pou m’ sout’nu,
C’èst-st-asgligni d’su s’fosse qui dji m’vas l’quér … dé lèye !