Dji n’so nin Tchårlot

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou.
Dji n’so nin Tchårlot
2015

Dji n’so nin Tchårlot ; èt dji v’va dîre poqwè. Po k’mincî « Tcharlot » c’èst-st-eune måssîye gazète qui brêt so tot l‘monde : so l’Påpe, so li Rwè, so lès curès, so les minisses, so lès gendarmes, so les handicapés, so lès pôves, so tos les cisses qui n’sont nin come tot l’monde.

Ine pitite gazète di rin di tout ; en France, 10.000 fouyes, en Belgike, a prume 2 ; dji dis 2, nin 200.

Et, l’pus sovint, c’èst bièsse èt mètchont ; c’èst st eune gazète à scandales, nè pus, nè mons !

Mins çà fêt rire, alez-m’ dire ….

Oye, çà fêt rire, mins qui ? çà n’a måy fêt rîre qui lès sotès djins, lès ènocints, les canayes, lès vårins, lès d’mèy-cougnîs, lès grossès bièsses èt po l’pus sûr, lès grigneûs. Ca les sûtis, lès sincieûs, les pus malins, ni rîyèt nin avou çà. I passèt leû tins à ôt’ chwè.

D’alieûrs, vos n’avez qu’à bin loukî qwand eune saquî dit eune bièstrîye, c’èst todi lès pus bièsses qui riyèt l’pus fwért.

D’ine ôt’ costé, i fåt bin rire avou n’saqwè…po catchî sès pon.nes èt z èsse di boun’ oumeûr. Bin sûr, fé rîre onêtremint, çà n’èst nin åhèye ; ôtrèmint, tot l’monde sèreût comique å Trocadèro. Rimarquez co bin qui si vos d’mandez à on comique dè fér on novê spèctåke tos lès meûs, ça rot’rèt - å k’minc’mint, anfin- ; mins après saqwants côps, ça toûn’rèt vite à djote rèstchåfêye : on n’fabrike nin dè rîre à l’comande.

« Tchårlot »  volà donc ine gazète , dihans pus vite, ine fouye di djote, qui vôreût tofer fé rire ; al longue, c’èst fôrcémint avou tot l’min.me qwè, todis pus bièsse, ou todis pus crå, ou todis pus mètchant.

Coulà m’rapèle on vî Générål qui volève todi esse li prumî å raconter sès firdin.nes di cazer, mins po fini – come on l’kinohève bin èt qu’i n’aveût pus nouk po wêtî après - on djoû, il a gripé to n’tåv’, èt n’vola-t-i nin qui drove si botike ; on l’a mètu amon lès sots !

Dji vou dîre qui po continouwer à vind’ parèye gazèt’, i fåt todi tchawer pu fwért, disqu’å moumint qu’on-z-a stu trop lon.

Vos alez asteûtre vini avou l’fameûse quèsse: « pout-on s’moquer d’ tot, si foute di tot, balter ou couyoner tot l’monde ? »

Por mi, i n’a nole dotance à z avu : C’ÈST NENNI !

On n’pou nin s’moquer dè Bon-Diu, Allah, Jéhova, ou tot l’min.me kimint qui vos l’vôrez loumer.

On n’pou nin s’moquer dè Rwè, ni dè Mêsse di scole, nè dè Mayêur, nè dè Tchampète,

Come on n’pout nin s’moquer di s’popa, nè di s’mame, nè d’sès vi-parints, nè di s’fré, nè d’sès soûrs - Min.me si c’èst dès chamôs - , nè di s’vwèzin, nè dès cisses qu’ont on pîd bot, ou on lêd boton d’sus leû néz, nè di ciss’là qui bèguêye, nè dès malådes, nè des p’tits, nè dès gros, (lès grands, dji vou bin, èdon Armand, pasqui mi, dji so p’tit, èt qui lès grands savèt s’disfinde)

Tot çolà n’èst wêre charitåve ; èt çoulà fèt må à l’ci qu’èst st ataké.

Qwand on s’moque d’onc qu’a on pîd bot, mi, çoulà m’fèt må.

A l’fin dè compte, on n’pout s’moquer d’nolu ; on n’pout djamåy si moquer dès djins puski çà fêt todi må à n’saquî, èt à mi min.me po k’mincî.

Oh, çà n’esteût nin mètchant !!

Por vos, mutwè nin, (çà, vos l’savez; c’èst vos qu’èl sé bin), mins po l’ôte, vos n’è savez djusse rin…

On pout s’moquer d’eune situwåcion, mins nin dès djins ; s’on vout critiquer, on s’explique sins tchawer.

Mins, diréz-m’, li liberté dès gazètîs ?

Bén sûr qui tot l’monde a dreût dè dîre ou dè scrîre çou qui l’a îdèye, mins sins fé twèrt à personne : vos dreûts finihèt là wice qui lès dreût dès ôtes atakèt.

Li ci qui n’èst nin d’acwérd avou l’Gouvernemint, ou avou l’Påpe ou avou l’Syndicat, a dreût d’èl dîre ou d’èl sicrîre ; i deût dîre : dji n’so nin d’acwérd, pasqui çoci ou pasqui çolà, mins i n’a nin l’dreût dè mintî, nè di s’moquer. Si s’mète à s’moquer, c’èst qu’il èst à stock di bonès rêzons.

Ou bin adon, il deût dîre à l’atake : dji va v’raconter eune fåve ou eune biestrîye. Mins qwand on sé à l’avance, qui lès cisses qu’on va toûrner à bourique sèront chokés ou djin.nés, on fêt eune fåte. A prum’, s’on l’fêt ènn’èsprès.

Et po Tchårlot, c’èst sûr qui l’ont fêt ènn’èsprès, paski savît bin qui n’åreût eune réyakchon, qu’onc ou l’ôte haw’reût å scandale….

Finål’mint, i n’a nouc dès ciss qu’ont stu touwès qu’a stu assez malin dè dîre : nos alans trop long ; çà pôreût èsse dondjèreûs ; i n’fåt qu’ine bièsse - on pus sot qui nos-ôtes – po qu’ nos èyanses dès grossès rûses.

Et po fini mi prétchî-prétcha, dji v’ va dîre, puiski dj’a dreût dè dîre çou qui dji pinse : Lès Francès ont stu bin makés ; i-z-ont rat’mint rapoulé l’monde intîr po v’ni brêre avou zèls, min.me les ciss’ qui d’vins leû payîs n’ont nou rèspèct po les djins (come par hazård, lès martchands d’pètrole).

Mins, qu’ont-i dit ?

Si dj’a bin hoûté, èt ralouyî tos lès mèssèdjes èssonle, volà cou qu’dj’a ètindou :

  • Li France èst-st-eune rèplublike laïke,
  • qu’a lès meilleûrès valeûrs dè monde
  • qu’a tos lès dreûts èt lès bounès lwès
  • qu’ètind bin obligî tos lès ôtes – èt pokwè nin li monde intîr - d’avu lès min.mès principes,
  • qui n’a finål’mint noule tolèrance po lès ciss’ qui n’ont nin lès min.mès îdêyes.

Asteûre, fåt èsse di bon compte : I n’a on hopê d’grigneûs : dès ciss’ qui n’sont måy contints, èt qui volèt tofér candjî lès réglèmints, bén sovint pa plêzir di candj’mint ou, co pus vite, po t èsse à l’mode [ine mode ni deûre jamay qu’on moumint] ; i d’hèt : i fåt esse di s’tint.

A tos cès-là, dji dit : nos n’èstans nin co si må qu’çoulà ; Prindez astrème di rouvi l’principå po eune fåse bone îdêye qui n’åreût po tote vicårêye qui l’rose d’ine ostè.

Li cisse qui n’èst nin d’acwérd avou l’Påpe, n’a qu’à z aler dilè Mohamed ou dilè les Boudisses, ou dilé lès Chin’wès ou lès Djaponais, po veûye si låvå on pout s’moquer d’sès parints, s’on pout magnî eune fricassêye avou dè lård, s’on pout fé des pourcêrèyes à l’îdreût ou à l’ivier ou min.me s’on pout beûre on p’tit pèket di tins-in-tins.

Thisnes, 27-01-2015