Ène bauke su lès bwès d’ l’Ârdène/Quinzime chîje

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.
Quinzime chîje
Ène bauke su lès bwès d' l'Ârdène, 1993

Biches, singlers, chèvreûs

— Wêtèz, non.nonke, ç' quu dj'aî trovu dudins l'vî scrinê a nosse gurnî. C'est d'azârd ene cwan.ne du chevreû ?

— Ay, hê, ây quu ç'unn' è yène, et ène bele, co, pardiu. Èle duvint d'in brocard d'à pô près chîs-ans, ca ele è trwâs dôyes, ene meûle toute greveleûse, et des p'tites eresses tout l' long du l' piêtche, and'dins. Du-d-fû, ç' côp-là, t'ès d'djà des mou fondes rôyes, qui vont du l' meûle jusqu'à l' prèmîre pique.

— Causez-m' in pô des biêsses qu'i gn-e dins nôs bwès, ô, non.nonke.

— Malèreûs, twè ! I m' faurot in gros mwès pou z-espliquer les pondants èt les djondants des cayets d' djîbî, et eco ! On n' f'rot qu' du betcher ou cayet. Dj'aurans bin l' timps d'è r'causer ou moumint des tchèsses, dandjereûs.

— Just-ene miète, insi; dijans : enut' et d'mwin.

— T'ès du l' chance quu ça m' toke co insi, va, twè, û bin tu p'los toudi danser s' ta tiêsse jusqu'à d'mwin au matin. Lu hic, c'èst quu dj' sés bin quu si dju n' t'è cause nin, tu vas co pîler toute la chîje et s' du gnâwer come in tchet d' travûres. Pa yû ç' quu t' vus qu' dju c'mece, insi ? Paus chevreûs ? Alêz hay ! Tu saurès pou ta gouvèrne qu'on va à l'afut aus boukês du 20 du julet ou 15 d'a.ous'. Mètans qu' lès quate sont co toudi drovus quinze djoûs s' la fin du mwès d'avri, maîs à ç' moumint-là, on n' sucrote quu les mwaîs. Après la Sint Djôrdje, tu n' les sauros d'djà pus tirer paç'quu les-aubes fouyet, et qu'i c'mece à fére supès dins les virêyes, et quu tu n' les sauros d'djà quausu pus vey. Ou mwès d' julet', çu côp-là, on les tire ou pîrtche.

— I m' san.not qu' ç'astot les ciêrfs, mi, qu'on tirot ou pîrtche.

— Bin on les tire ou pîrtche ossi. Duvè l' dîj du setambe, on wête toudi d' foute les mwaîs djus du ç' façon-là. Pis t'è toûwe co timps des traques, don, pou qu' is son-st-au laudje jusqu'à l' nouvel an Après, is sont clôs. Çu n'est nin come les singlers. Zês, is sont drovus toute l'anêye.

— Il ont la bele vîye, insi, les gardes, après la nouvel an.

— Qwè ? La bele vîye ? Bin diâle m'ancate ! Dj'in.me toudi tostant pour zês qu' pour mi. Is sont s' les vôyes toute l'anêye, ây; et toudi hay, et toudi hay! Quand il ont yu sté pourmon.né avu ces mossieûs-là, c'èst co zês qu'i faut qui vache sougner et pîs vey si pa des côps les clotures nu s'rint nin rauyêyes, èt si ça tume, 'nn' aler moustrer la tchèsse à Djâques èt à Djôsèf. Pis, in bê djoû, i faut 'nn' aler rascwède aus méres du singler.

— C'èst pouqwè qu'on lès r'prind cèt-lales ?

— Pour zèles nu s' nin fer tourtoutes sucafier timps dès traques, parèt. Lu rapiçadje dès troûyes à singler, c'est toudi pou l'mwès d' sètambe. On wête du lès ratirer addlé in parc a lès sougnant avu du mayis'. Mètans qu' si l' tchèsseûs è sté bin malin, il è mètu l' mougnadje djondant la chalète du parc. Èt il è yu sougne du l'zî d'ner à mougner toute l'anêye, min.me aus glands èt aus fayines, pou lès fer d'méru dû ç' qu'is sont, sins z-aler trin.ner su la tchèsse dès vèjins. Ca l' singler, c'è-st-in voyadjeûs, da, li; i put fer d' pus d' çant kilomètes su la djoûrnêye. Si l' garde arive toudi à l' min.me eûre èt qu'i grèvisse après la tine du mayis', i lès faut vèy adârer tourtous à grandes hazêyes. Lu djoû qu'is lès v'lèt rapicer, in côp qu'is s'ont yu ratroplé djondant l'intrêye du parc, i gn-è pus qu'à lès kachaurer in p'tit pô pou lès-awèr dudins. Pis ç' cop-là, is lès k'tchèssèt après l' dubout du parc, û ç' qu'il ont mètu la cadje. Çu cadje-là, c'è-st-ène gayole avu dès grands pilers d' bwès du t'taleûre deûs mètes du hôt, avu ène sutrète intrêye èt èn-uch qui s' ruclape quand i gn-è yink du moussé d'dins. Adon, on put lès fer passer yink à yink èt s' du lès r'lîre à fwaît ou passadje. Lès péres, on lès rudlache, on n' aurde quu lès troûyes qu'on va mon.ner dins èn-ôte pus grand parc. Laddlé, on lès va mète à maule avu in vèraut qui provint d'ène ôte tchèsse, qu'on inture vè la Sint-Nicolas. I 'nn' aurè à pô près 40 à siêrvu.

— Pouqwè qu'on va qué l' mâle dins ène tchèsse ètranjére ?

— Bin pou r'mète du nouvê sang, tins, pou n' nin qu' la sôrte toûne à rin. Pis, après l'iviêr, in côp qu' lès troûyes à singler ont yu sté siêrvûyes èt qu' lès traques sont oûtes, on lès r'dulache dins lès bwès. Ou mwès d' fèvrî mars, èlles alèt poucheler dins dès bôres qu'èles s'ont arandjé zèles min.mes, souvint pa d'zous èn-ordon d' coches. C'èst pou ça quu, dès-anèyes qu'i gn-è vint dès nîves in pô taurd èt qu'i fwait ène frèdère du tchin, lès nikêyes avancêyes nu rèyussichèt nin.

— Bin djâle èvole ! Dj' è ruspond. Is d'vèt crever d' frèd ta misériant dins la nive. Est-ç' quu c'èst parèy pou lès ciêrfs ?

— Non.nè, hin! Zês, lès biches vêlèt à pô près toudi s' la fin du mwès d' maîy, qu'i fwait d'djà brâmint pus doûs, taîs', adon. Lu vê vint au monde sins cwan.ne, min.mes lès maules. Mais ou mwès d' nôvambe du sa prèmire anêye, lu fan atrape d'djà deûs p'tits stritchons d' cwan.ne d'à pô près deûs çantimètes. L'anêye d'après, ç' côp-là, c'è-st-in daguèt. I s' ranêre, dandjereûs, avu ses deûs bèles nûves pwintes; dins tous lès cas s'il è sté bin sougné timps d' l'iviêr èt qu'i n'è nin yu trop frèd. Doulmint qu' lès pwintes continuwèt co à créchu la deûjime anêye, èles dumèrèt rafachêyes dins leû v'loûrs: c'èst par là qu'èles su noûrichèt. Lu daguèt nu s' mètrèt quite du v'lours qu' ou mwès d' octôbe, a s' chôpiant suconte dès-aubes. A ç' moumint-là, lès pwintes ont arivé à 30, 40 çantimètes; èles vont tumer l'anêye d'après ou mwès d' maîy, quand l' daguèt aurè fini sès deûs-ans.

— Mi, dj'aî d'djà veû mwintes cwan.nes du ciêrf mais jamais pont d' pwintes du daguèt.

— C'èst qu'on lès r'troûve brâmint pus malaujîmint, don, zèles, paç'qu'on n-dîrot dès coches. I faut vraîmint taper 1'oûÿ jusse dussus pou lès vèy (...) Et pis, dis-dj', ou mwès d' jun du sa trwâjime anêye, lu daguèt va atraper sès prèmîres cwan.nes du ciêrf; i grètèrè l' v'loûrs fû ou mwès d' awous'. I gn-è d'djà ène brantche après lès cwan.nes du ç't-anêye-là. On dit qu' c'è-st-in quate. Mais non pus, i n'è nin co l'drwat du strimer sès bèles nûves cwan.nes a s'batant avu lès-ôtes ou brame. Il èst co brâmint trop djon.ne. Il è jusse lu drwat d' wêter d'au lon. Pus taurd, là, quand i s'rè bin r'ssouwé pa-drî lès-orèyes, mètans quand il aurè chîs sèt' ans èt quu ça s'rè in douze û moutè in quatôrze, adon çu s'rot bin tumé s'i n'aurot nin d'djà in pô yauk à dire (...) Mon Diu toudi, dj'ans bèl èt bin passé oûte du nosse timps d' chîjenadje. Dju n'vons tout l'min.me nin rataquer avu dès chîjenêyes come la fin du l' sumwin.ne passêye, don. Abîye, abîye! Tous lès-èfants du t'n-âdje sont d'djà qui tokèt leû some dudpîs bèle lurète.