Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/6

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
LI GRANDIVEUSE
Comèdeie è 3 akes d’à Théophile Bovy

SCÊNE I
PORAI — DADITTE — GARNIR
GARNIR (sitoppant s’pîpe)

Awè valet, les marchands rapticihet todis l’prix des ovrèges, jè l’veus mîx tos les joûs.

PORAI
(si ristournant et mostrant ine ovrège)

Tènez, ji n’vis el fait nin creûre, is rapticihet téll’mint èdon, qui vochal des escossoisses — vos savez çou qu’c’est — et bin nos avans asteûr on d’meie franc dè l’paire po les fer et ji m’rappelle qui qwand j’apprindéve mi mestî èmon Raymond, les mêmes ovrèges estît païs jisqu’à des deux francs et d’meie et des treus francs.

GARNIR
(allomme si pîpe, i prind si allumette so l’fornai)

Awè, c’esteut di c’timps-là qu’on féve tant des musquettes. J’ovréve â feu d’bois adon, ci n’est qu’après qui j’a-st-appris l’monteu, bin ji m’sovins qui ces musquettes-là c’esteut les mèïeux ovrèges qu’on âreut polou trover. Comptez on pau valet, qui mi qui n’a mâie portant stu des pus abeie, ji gangnîve des sept et des hut francs par joû.