Pådje:L’Aclot.pdf/14

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
I gn a k’ el tecse e walon k’ a stî rtapé. Li boket « Més cors au pieds » c’ est do picård.
ENN’ GADJURRE

D’jé cwé qu’ d’din les pu p’tits traus d’ villatches t’taussi bi qu’ din les grands villes, on n’sarou ni geinné pou trouver n’ binde dé losses qui passont leu temps à fer immarvoï les djins ou bi n’a s’ djûer des couyes ieun à l’aute.

A Nivelles, ça n’manque toudi ni éié d’din connais la saquantes qu’on pu dire qué c’esst in n’affaire avé ieusse : i n’sont ni foutus d’léï biesses ni dgins tranquies et i dé djûont quédfwé qu’i faut iess’ diâle pou in indvinter des pareyes.

Eié c’est qu’il ont co bi in chef s’i vous plaît, comme si ç’sarou in aute société ; même qué c’est chouse, leu chef, el’ petit Zante du mar’chau qu’on dit, qui d’meure lauvau pa lé Sotriamont.

Ça c’esst in rousse ! I n’a ni in plan qui n’a ni : quand il est su les rues ou bi au cabaret, i’ n’passe ni in tchi avé in tchapia qu’i faut qu’il l’attaque, ni pa méchanç’té, savé : i n’a ri d’si bou qu’ li, mais c’est s’caractére ainsi. D’ailleurs il l’sait bi li-même éié i dit bi souvint : « Mi, d’sarou malate si djé d’meurou deux djous sans fer n’fârce ; c’est n’laide habitude, mais vellà ça ! on n’sé fait ni d’ieuss’ même. »

Ainsi l’aute’ coup, en’ da-t-i ni djüé n’belle assez à Djoseuf el gros bouchi dé s’rue ? N’avez ni seu ça, vous ? Eh bi, ascoutez bi celle cile !

Donc qué Zante, il âra quinze djous ci lundi, faisou toutes ses p’tites places d’habitude avé twé quatte ertaïes dé s’sourte, quand i voet Djoseuf dèssus s’ n’huche,

« En’ disez ri, disti t’ taussi râde à les autes, no dallons avoé Djoseuf au pweye. »

— Woye, mais, dis-i iun, « vos n’arrindj’rez ni sti lâle comme vo vouri bi, savé ; il est t’ taussi fichau qu’vous. »

— Lëym’ mé fer disti Zante. — « Et adon, Djoseuf, » qui crie in passant avé s’n air, dé juif, on n’travaye pu, hon ?

— Bi, dis-ti Djoseuf, pinsez qué d’va m’fer mori à travaï, hon ? c’est lundi après quatre heures, savé m’fi ! d’ailleurs, i m’inclienne à vir qué vo l’savez t’taussi bi qu’mi. Eyu dallez dainsi ?

— Nous autes ? no dallons fer n’parte au pique, ci pu long…

— A l’Empereur des Romains ?

— Woye : en’paï ri ?

— C’t t-à vous autes qu’i faut d’mander ça, moucha d’rentiers qu’vo stez !

— Allons, swette ! venez avé nous, paç’ qué dj’voé bi qué qu’ vos avez swé !

— On a toudi swé, quant à ça, ! Allez toudi dj’arrif’. Et là d’sus, mon Djoseuf est rintré dire à s’feumme dé r’wéti au boutique et après qu’il a ieu pris saquant mastoques au ridwet, il est voïe ertrouver les canaïes qu’avinne’ dédjà tout leu plan monté éié qui ont couminchi l’dallatche quand il l’ont vu arriver.

— Qué buvez, hon Djoseuf ?

— Bi d’va bwère commé les maisses, en’ canette, hasard !

— A qué stoun’ hon, disti iun.

— Bi, n’a-t-i ni sté conv’nu qu’on djuou n’chope au pique ?

— Ah woye ! astez Djoseuf ?

— Qu’ ça m’fait hon mi !

— Eié vous, Zante ?

— Vo f’rez bi sans mi n’do ?

— Weti, no f’rons bi saus vous ! Pouqué ç’qué vo n’djuez ni ?

— Passqué dj’aime austant raviser.

— Les autes coups vos djuez toudi !

— Eh bi ç’coup ci djé n’djouerai ni, ça fait qu’ainsi il ara d’toutes les sourtes.

— Leï l’lé tranquie, disti ieun’ dé ces arsouyes-là, en’ vï ni qué despu qu’il a pierdu s’gadjurre ahier, il est pu r’tcheu qu’in pain mau r’vénu ?

— D’ mimbarrasse bi d’ça ! L’ari bi seu gangni vou ç’gadjurre là, qu’vo f’sez là tant d’vo nez ?

— Non mi, mais djé n’povou mau d’l’interprinde nerri.

— Quée gadjurre, hon, qui d’mande Djoseuf ?

— Eh bi c’est n’droll’ d’affaire, qui respond Zante t’t aussi rade : Dj’astou là a l’place iusqué vo stez éié d’buvou n’pinte avé Minique, el tchârli. d’moustieu. Djé n’sais ni commint squé ça s’a fait, ou s’a mis à pârler gadjurre : tant est-i qu’là Minique qui couminche à dire qu’i stou contint d’fer n’gadjurre avé mi :

— Quée gadjurre, hon ? qué d’démande tout pareye qué dj’el dis a ç’ t’heure ?

— Eh bi, disti, volez gadgi avé mi qué vo n’sari ni d’meurer in quart d’heure estampé d’vant l’hourlotche in sûvant l’balancier avé vo dwet éié in d’sant fait à fait qui va à dwette où bi à gauche : Ieun ! Deux ! Ieun ! Deux !

— Si n’a qu’ ça à fer, qué d’dis in m’erlevant, djé m’va vo foute ça ’n’sadju comme en’ trip’ soufflée.

— Woye mais, pouqué gadjonn ? qu’i d’mande co bi.

— Pou deux tournées, qué d’responds ; djé n’vu ni top vo rassarci.

— Swette pour deux tournées.

— Bref à ça, djé m’met in position éié d’couminche. Eh bi m’fi, ni co au d’bout de ciq minutes dj’avou ça à mes aïes, éié in payant ç’a sté m’compte.

— Bah oui, vous ! disti Djoseuf. Si djé n’vo counirou ni djé dirou qu’ vo stez n’biesse…

— Biesse ou ni biesse, dj’ai pierdu éié co bi mieux djé su presse à fer l’gadjurre avé n’importe qui qu’on n’sarou ni fer autrémint qué d’pierde !…

— Woye mais ça d’vo l’desfind, qué Djoseuf dit in li coupant l’filet, ié ni pu long qu’a ç’theure djé m’va l’interprinde mi, c’gadjurre là !

— T’t abourd djé m’va dire comme el tchârli, pou qué gadjonnes ?

— Pou in bifteck à l’homme à mindgi testou échenne à m’maiso.

— Ça va, qu’ les canaïes respondonts.

La d’sus là m’Djoseuf qui s’erléf ié qui pârte d’in betche es mette in position d’vant l’hourlotche : i dallou souner chix’ heures justémint, ça fait qu’il a rattindu et à ç’ qu’elle’ out souné il a couminchi a sure el

balancier avé s’dwet et ia compter : ieun ! deux ! ieun ! deux !

(La suite au prochain numéro).