Pådje:Émile Gérard - On diner à conte-cour, 1885 (in BSLLW s.2-t.7 p.263-265).djvu/3

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.

« C’est mi todis mi gêne, mi gêne
« A l’atèlier tote ine samaine,
« Et zelle avou les cense dà mi,
« Fet crâsse heurèie et bin doërmi.
« C’est l’ Madame poitte des cotte di sôïe,
« Et nin dire « bonjoû ti ! » so l’ vôïe,
« Pasqui mi n’ avu nol paltot,
« Rin qu’ ine tote kihièie sarot !
« C’est zelle fé hâhâ ! des arège !
« Ine grande mireu d’ vin leu manège,
« Doze noûs chèïre po s’ mette disus,
« Et cial todis mâïe rin avu !
« Mi magnî des crompire pètèies,
« Ine boquet d’ pan et dè l’ makaie !
« Qui j’esteus sotte ! sotte qui j’esteus !
« So les cabaret, mi fé ’n’ creux !
« Feume, c’est à ti, rinde totes mes cense,
« Vou pus beure pèquet comme d’avance,
« Et po l’ dimègne quel va vini
« Jel voux magnî Koke-koke ossi ! »

Noste homme a t’nou parole tot l’mème ;
Si chambe qu’i haïève, hoûïe, i l’ aime ;
I vique à l’ âhe, et comme bouquet
I n’ adusse jamâïe pus l’ pèquet.
Des cabaret, c’est lu qui s’moke,
Et Batisse hoûïe magne des koke-koke !