Pådje:Émile Gérard - On diner à conte-cour, 1885 (in BSLLW s.2-t.7 p.263-265).djvu/2

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.

A pônne li martai foû d’ses main,
Qui haïe ! i coréve habèiemint
Si plaquî deux treus heure è rotte
A l’ canliette tot buvant ses gotte !
I buvéve, et l’ maisse féve crédit ;
Batisse ripaïve tot l’ semdi :
I n’ rintréve mâïe qui l’ poche foirt tenne,
Et l’ tiesse macasse, comme on l’advenne.
On dimègne volà qu’i va co
Beure pé qu’ mâïe, à tallarigo.
Ine odeur ossi fenne qui bonne
Implihève ci joù-là l’ mohonne :
C’esteut les gin dè cabaret
Qui magnît on gros crâs polet.
Batisse louka tot sins rin dire :
Lu qu’ riéve, on n’ l’oïa pus rire ;
È si p’tite chambe, à pas pèsants,
On l’ veïa rintrer tot tusant.
Si feume apprestève li potèie :
Ine tâte et treus crompire pèteie,
C’est tot çou qu’ gn’aveut po dîner !
Ni rosti, ni bouïon à d’ner.
A n’ tâve si pèneus’mint siervowe,
Batisse, on s’ è dote, fat les mowe…
I tusa… i tusa longtimps,
Li tiesse aspoièie inte ses main.
« Feume, dèrit-i, c’est mi n’ pus beure,
« C’est mi n’ jamâïe pus l’fé, j’èl’ jeure ! »
(J’ a rouvî dè dire â k’minc’mint
Qui maisse Batisse est on Flamint.)
« Mi torate vèie magnî koke-koke,
« Qui l’aiwe accoréve à mi boke ! »
(I nouméve koke-koke, li polet
Qu’ esteut so l’ tâve dè cabaret.)