Pådje:Émile Gérard - On diner à conte-cour, 1885 (in BSLLW s.2-t.7 p.263-265).djvu/1

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
ON DINER A CONTE-COUR
(CONTE EN VERS)
PAR
Émile GÉRARD[1].
Est-ce vraie ou n’l’est-ce nin ?

Batisse, on fleûr d’ovrî fôrgeu,
Po s’ malheur, minève foirt mâ s’ jeu.
I wangnîve des bonnès journèie,
Mais qwand vinéve li fin d’ l’ annèie,
Bin lon d’ avu mettou d’costé,
I n’aveut qu’ des dette à compter.
Noste homme, qui n’ songive waire à resse,
Po l’ botèie n’aveut qu’ des caresse.
Si démon c’esteut l’ cabaret,
Wisse qu’il allève s’ impli d’ pèquet,
Li pèquet qui sème avâ l’ tére
Tant d’ chagrin, di honte et d’ misére,
Li pèquet qui r’wènne li santé,
Qui donne on visège disgosté,
Qui rabahe l’homme à rang des biesse,
Et qu’ comme à zelle fait ploiï l’tiesse !
Çoulà duréve dispôïe longtimps,
Et noste ovrî ni cangîve nin.
C’est à l’heure qu’i quittève l’ovrèche
Qu’il aveut bin li gosî sèche.

  1. On a respecté l’orthographe de l’auteur.