On-a touwé a Wayindje

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou.
On-a touwé a Wayindje
Waibe « Li walon d'èmon nos-ôtes », 2012
On-a touwé a Wayindje
Marcèle,

Ça fait t’t-à l’eûre véngt-cénq-ans quë djë n’ dâme pës. Véngt-cénq-ans qu’ dj’a peû dë më r’trover tot seû totes lès naîts. Véngt-cénq-ans quë djë n’ wâse pës më r'waîti dins m’ mërwè. Faut quë dj’ vos l’ dîye. Vos m’ pëdroz on daîrén côp por on chëtau, mins djë n’a ni l’ coradje dè sëgni m’ lète. C’è-st-au d’zeû d’ mès fwaces.

Madame Marcèle Vandertie Fullstreet, 32 Namur Winsconsin United States Of América

On mwès pës taurd.

« Djan, twè, të sondjes co à t’y-ovradje, in ! » « Mins non.na, Julia » « Ë m’ chonéve quë nos-èstîn' vënë vaîcë po nos r’pwâser ! » « Non.na, n’ôye ni peû ! Jësse sondji à André, quë n-avans laîyi tot seû à l’ajence. »… « Ratind… Choute…! » « Au s’cours ! au s’cours !, Non ! ni ça !… » « Paw !… » « Djan ! non ! n’i va ni ! ratind-m’ ! të n’as min.me ni t’ rèvolvèr ! ». Djë m’avo mètë à courë. D’au lon, nos-avîn' tot vèyë. Ça n’èst ni possëbe, ë l’a touwé !, sins r’nicter !, qausë d’zo nos-oûy, èt l’ bourer po qu’èle tcvhaîye dins l’ chavéye. On-ome, dès longs poûys, tot brënes, ë couréve tot l’ long dè l’ chavéye, zoup’lant d’on bouchon à l’ôte po-z-arëver à l’intréye dè bwès d’ Wayindje. Lë diâle !, djë n’èl’ vèyéve pës ! Sins m’ rèvolvèr, à l’ cwane d’on bwès quë conèchéve seûr mèyeû qu’ më. Faut quë djë m’è d’mèfîye. Lë timps d’ më r’tourné : « Paw ! ». « Djan ! … ça va ?» Ouf !, ça n’ pou yèsse qu’one avèrtëch’mint, Së près qu’ ça, ël-arot volë m’ touwer, djë sèro d’djà stindë dins lès calauves. « Djan ! vos n’avoz rén ?! » « Non, rén, tot jësse couyoné là ! ël-a djouwé avou më come on tchèt avou one sorës ». « Choute ! one auto !… » « C’èst seûr lë, da ! ». Volà qu’ ça aléve co rëc’minci !. Ni cor-one dëmèye djournéye dë condji, èt, nos-i èstîn' dëdjà r’tchaî. Todë lès min.mès afêres ! A crwère que l’ diâle s’è mèléve co! Djan èstot pen.sioné dè l’ jendarmërîye. Trop djon.ne po d’mèrer à rén, ël-avot drovë one ajence dë dètèctëve à Brëcèle avou on soçon dè l’ polëce come lë. V’là d’djà saquantès-anéyes quë nos-èstîn' èchones. Djë li sièrvéve dë sècrètaîre por r’çûre lès djins èt rèsponde au téléfone. Èt, së djë n’ l’aro ni vèyë volti, djë v’s-aro bén dët quë dj’ li sièrvéve quausë d’mèsquëne à l’ maujone ossë. Mins ça, ça sèrot dîre dès mintes, djè-l’ vèyéve vraîmint volti, min.me së ‘l-avot dîj-ans d’ pës qu’ më. Ë m’a fait télèfoner à l’ polëce së m’ GSM. Timps qu’ nos ratindînes, sins rén touchi, djë sondjîve à l’ ratournûre quë nos tchaîyéve co së l’ cazaque. On s’avot dët : v’là dès-anéyes qu’on boute, André f’rè bén tot seû one samin.ne, on pourot bén së r’pwâser saquants djous, Djan avot copler : on pourot on côp èraler dins m’ pâyës, c’è-st-on së bia vëladje. Gob’tindje avou sès maujones dë blankès pîres, lë Saût avou sès stindéyes dë têre dë këltëre, lès grandès cinses : leûs bèles pîres èt leûs longuès èt rodjès brëques èspagnoles, lë rëvadje, lë cinse dè l’« Sègneûr » astok’ à l’èglîje èt totes lès promin.nades à d’ trëviès lès amias, jësqu’au bwès d’ sapéns së lès dzeû d' Maujone dès Bwès. Nos-irans co veûy lë cinse dë Wayindje. Èt pwis, djë pouro-z-è profëter po vos prësinter à tote më famële qu’est co lauvau. Fëne bënauje, quë dj’èsto !…

Lès jendarmes èstîn' arëvés : « Vos-èstos dètèctëves ! Èt vos m’aléz fé crwêre quë vos n’avoz rén à veûy avou l’ mwârt dë ç’ djins là ! » « On-a jësse véyë avou nos-oûy, comëssaîre ! » « Dëspôy quand èstoz là ? » « D’au matén, on avot ausse d’aler veûy tot ç’ quë Julos Beaucarne avot monter à l’ cinse de Wayindje avant dè rinde vësëte à l’ famële à l' vièspréye, tot fyant on p’tëte pormin.nâde dins lès campagnes. » « Où lodjiz ? » « Dëlé l' Mèrence mon l' Qwè : « Ôtèl dè l’ place. » « Bon, djë n’ vou ni vos veûy boudji d’one pate sins qu’ djë n’ vos done më va-tout. Vos vaîroz fé vosse dèpôsëcion à l’ polëce po d’mwin dîj-eûres èt d’méye. Vos ploz ‘nn’aler ! »… Tot z-èrâlant à « Mon l' Qwè » : « Ës n’sont waîres av’nant vaîcë. On ‘nn’ë l’s-i a ni aprind a yèsse sièrviauve à lë 'scole dè l’ polëce ? » « Bâ ! ë fait s’ mèsti, in !, l’ome. » « Bén adon, dj’ènnè conè, më, dès banses dë mèsti, bran.mint pës malaujë quë ç’tëla ! C’èst ni po ça qu’on dwèt grëgni dès dints èt r’choner à one lëme à fiêr ! »… « Um’, vos n’avoz rén vèyë d’ contraîre, n-a rén quë vos tracasse  ? » « Qwè, avou l’ comëssaîre ? ». « Ô, non.na, ç-t-ë là, vos ploz l’ laîyi po ç' qu'ël èst… : avou l’ touweû ? ». « Djë n’a ni yë l’ timps dè bén rawaiti, jësse on-ome quë couréve, dj’èsto trop long èri » «  Më, djë n’ l’a vèyë qu’one dëmèye sèconde, jësse avant qu’ë n’ satche. Mins, ë s’a passé one saqwè. Dj’a crwèjelé sès-oûy. Ë m’ chone qu’ël a taurdji. Djë wâdj’ro bén quë m’a r’conë !. Djë diro min.me qu’èle m’a r’mètë ! ». « Qwè ?! ça sèrot one fème ? ! » « Poqwè ni ? n’a ni qu’ lès-omes po touwer lès djins ! C’èst quand’ dj’a crwèjeler sès-oûy, one dëméye sèconde, ë m’a choné qu’ ç’èstot-one fème. »…

« Bon, v’là qu’on a l’ëch dë bwès asteûre ! C’èst d’djà r’sèré vaîcë !». « Drîng’… Drîng… Drîng… » « Nos-avans sti dësvôyi, Madame Mèrence ». « Ni tant qu’ më ! Së vos v’loz rintrer à totes lès-eûres, faurè m’èl dîre, djë v’ donerè l’ clé. C’èst-ë ni possëbe ! Faut qu’on dâme, don ! nos-ôtes. C’èst ni one vëcaîrîye, in ! ça ! s’ë faut qu’on s’ rëlève à totes lès-eûres po dè maus èlèvés come vos ! On s’côpe è quate po vos fé plaîjë, èt d’mwin , së vosse dëdjëné n’èst ni së l' tauve quand’ vos bakeroz dè lét, vos seroz co lès prëmis à rouscayi !  »… On n’a ni soyë è placer one !… Tos lès deûs, èchones : « Boûn’-naît quand min.me savot, Madame ! ».

Lë lèd'dëmwin au matén.

« Intréz, facteûr, one pëtëte jate ? » « C’ èst ni dë r’fu, Mèrence, èt adon, comint è-st-ë ? » « Qui ça ? » « Bén l’ dètèctëve là ! » «  Rén à dîre, come ë faut… atincion, lë v’là ! » « Bondjou ! Madame Mèrence » « Bondjou ! Monsieû Djan, djë vos siève dè l’ tësane ou dè cafè ? » «  Lès deûs, Madame Mèrence, së vos v’loz bén » « Faut ni m’èst v’lë po l’ naît passéye, s’ot, Monsieur Djan. Djë n’ savo ni qui ç’ quë v’s-èstiz, èt pwis, më, quand djë n’a ni totes mès-eûres, là !, vos m’ compërdoz, don ! »… L’ëch s’a tapé au laudje... « Èwou è-st-ë, ç’ Monsieû Djan, la ?! Parèt qu’ c’èst vaîcë qu’ël-a trové à s’ lodji ?»... « Bén ! c’èst më ! » « Â ! c'èst vos ! Èt bén djë m' va vos dîre one saqwè, choutéz-m' bén : vos n'avoz rén à veuy dins cë quë vént dë s'passer à Wayindje. Djë n' vou ni qu'onk quë n'èst ni dë d'cë, vègne fougneter dins lès vëcaîrîyes dë nos djins. Më, djë m' fîye à l' comëssaîre. Djë n'a pont d' fiyâte à dès djins come vos, Monsieû ! One vraiy' charogne quë v's èstoz, à fé dès caûrs së lès dësbautchances dès djins. Së vos-avoz vèyë one saqwè : dëjoz l' à l' polëce, èt laîyiz lès p'tëtès djins tranquëles. Djë n' vos dë ni bondjou ! »... Èt l'ëch së r'clape tot së rade qu'èle s'a drovë.

« Èt bén, ç'tëlà ! Qui yèsse, madame Mèrence ? » « C'èst l' docteûr Grënier !, Comint dire ? C'èst lë,... qu'è-st-aclopé avou Rita... djë vou dîre avou l' fème quë vos avoz r'trové, mwate à Wayindje !. Ël è-st-one miète à paurt, là, mins djë-n' l'a jamaîs vèyë èfoufyi come çà ! » « 'Là longtimps qu'ës-èstîn' èchones ? » «  Dëspôye one cope d'anéyes ! Ça m'a todë s'baré, pace quë l' Rita, là ! Èle couréve pa totes lès vôyes ! Lès-omes, èlle ènn' èstot rade naujîye, èt lë, to ç' qu'adon, djë n' li avo jamais conë qu' dès fèmes dë passadje ! »...

En ratindant l'eûre po-z-aler à l' polëce, nos-avans sti nos pormin.er së l' tchapèle d'au mârtchi... « Èt adon ? » « Adon, rén, nos-èstans en condjis, on n'a rén à veûy avou tot ça ! » « Mins, ça t' travaye quand min.me ! » « Bén c'est normal, in ! L'abëtëde, c'èst nosse mèsti ! Mins djë n' më rind ni todë compte dë cë quë m' tracasse lë d' pës : dès-aîrs dè l' touweû, ou dè bén, dès-aîrs dè l' méd'cén ! » « Djë vwè qu' t-as sti r'qwaîre të pëpe. Të m'avos promètë ?... » « Bon !, ça va !, on 'nn'èst causerè pës taurd. Ça va yèsse l'eûre, në fyan.n' ni co ratinde l'ôte apostrofe ! »...

Au min.me momint, ad'lè l' Braîbant : « Ets Braîbant : tot po l' batëmint, dè l' cauve jësqu'au sûmi ! ». « Vos 'nn-alez, Baudwin ? » « Bén, vos l' savoz bén, don, Pa. Dj'a rendéz-vous avou l' Dèlgof à l' banque, pour nosse demande po-z-oyë dès caûrs. » « À, c'èst l' vraiy', mins, n'avot-ë ni moyén dè causer d' ça vaîcë ? » « Bén non, vos l' conechoz bén, don, ë li faut todë saquantès botèyes de vén avant d'ataquer, in, lë ! Djë trovë qu' ë nos r'vént d'djà bén tchêr, po ç' qu'ë pourot nos rapwârter. Djë prind l' camionète, don ! » « Qwè ç' quë t'as ? Ë m' chone quë t'ès d'djà bén à tch'vau tot timpe, va ! » « Non.na ! Rén quë vôye lès pin.nes ! Djë rintër'rè à l' vièspréye ! »... Avant d' sachide dins s'-t-auto, Paul à r'satchi l' gazète dë d'zo s' brès : à l' prëmëne page, one foto : « Ç' èst ni possëbe !... Rita !... Djë n' comprind ni,... Djë m' va m' dëspièrter,... Mins poqwè : lèye ? »...


A l' polëce : « Tënoz !, vos-avoz one autorësation dè pwârter on rèvolvèr. Vos m' voloz bén m'èl mostrer ? » « Bén non.na, djë v'l-a d'djà dët, nos-èstans en condji, djë l'a laîyi à Brëcèle. » « Bon, nos-irans veûy cë qu'ënn'èst r'toûne ! Èt l'auto qu'a pèté èvôye ? Qwè c' quë c'èstot come marque ? »

« Djë n' saro vos l' dîre ! Ë c'mincîve à fé brëne, ë n'avot bén one cintin.ne dë mètes ! » « Bon, on n'a trové pèrson.ne po-z-acèrtëner tot c' quë vos nos d'jos avë vèyë ou ètindë. Adon, mètoz-v' à m' place, vos, on détèctëve ! Ça s' pourot bén qu' çà sèrot vos, quë m' raconte dès baloujes èt quë v's-ârîz èmantchi ç't-afêre là, po catchi qu' c'èst vos, avou madame, qu'avoz touwé Rita ! »...

Lë camionète d'a Paul Braibant ron.léve paujèremint së l' vôye dë Djodogne... « Bén, ël-èst fou-mwârt, më n'ome ! Ë m' cole au kë dëspôy quë dj'a dèmaré. »... « V'la quë m' vout dëspasser asteûre ! »... « Blam ! ! » « Mins, ël-èst rwè bèrzingue ! » « Rëblam ! » « Ë va m' foute è chavia ! » L'auto à trëvièrsé l' vôye, atrapé on pëkèt d' clotëre, rauyi lès fës d'arca, bèrôlé së l' costé èt r'tchaîr së s' twèt, plôyîye è deû autou d'on poûmi. « Abîye, rësatchi m' céntëre !... » One ome, avou one casaque dë bèdot, dès grands brënes poûys à zouplé fou d' l'ôte auto, on rèvolvèr dins sès mwins. Ël-a rademint courë jësqu'à l'auto da Baibant, èt pwis : « Paw ! »...


« V'là quë pinse quë c'èst nos deûs qu'avans touwer l' fème ! » « Ë n' pinse ni on mot dë ç' quë raconte ! Ël-invente dès faloutes po waîti dè soyë l' vraîy'. Ë sondje seûrmint quë nos catchans one saqwè, èt qu'on sèrot machi à tot ça !  » « Ataudje, one pëtëte saqwè à régler. »... « Alô ? André ? » « Oyë c'èst bén më ! » « Choute më bén : lès gab'lous vont sins manque vënë t' veûy azârd à m' rèvolvèr... » « Ë n' sont ni sans manque là ; ë sont là ! » « ...oyë, ...oyë... Non..., èlle èst bén là, à l' place quë tè l' mèts d'abëtëde...d'ayeûrs, ës-ont constaté. » « ...Quë djë vôye vos r'trové ? Pont d' problème, vaîcë ë fait cwèy. Tot ç' qu'ë n'a d' pës cwèy,...À t't-a l'eûre d'abôrd, djë sèrè là à l' vièspréye. »...

Dins l' quart d'eûre sûvant, one ome a r'trové l'auto autou d' l'aube. « Mon Dië ! Ë s'a dëstrûlé on fameû côp c'tëlà ! Ë dwèt co yèsse pa d'zo ! »... « Dè song ! Pèrson.ne !? »... « Vaûrot mia quë dj' tèlèfonero aus gendarmes ! »...

En sôrtant dë d'lé l' comëssaîre : « Wiaw! Wiaw ! » Lès yûlemints dès sërin.nes rënondîn' dëssë l' place. « Téns, v'là co seur ôte tchôse, waîte asteûre !, vos v'loz qu'on lès sûye, Djan ? » « Non.na, on va râler à Wayindje, on n'a ni yë l' timps d'aler jësqu'à l' cinse »... « C'èst ça ! L' vôye èst côn.péye. V'là qu'on n' pout pë s' promin.ner, one së bèle cwane ! Tot ça, à cause d'on moûdreû ! »... « Rawaîte lès nuléyes, ça n' më s'bar'rot ni s'on ramasserot on drache ! »... Nos-èstîn' trimpé jësqu'aus-ouchas en racourans à l'ôtèl. « À vos v'là, Monsieû Djan, c'èst ni trop timpe ! Lë touweû a rataqué ! Lë fë Braîbant : on-a r'trové s't-auto tote camolîye, plin.ne dë song, avou pèrson.ne en d'dins !. Së ç' n'èst ni maleûreû ! On gamin qu'avot tot d'vant lë ! Fë tot seû, èt, pèsant cès djins là ! Vos-aléz vos-ènnè mèler ? » « Djë n' saro vos dîre, Madame Mèrence! N'a pèrson.ne quë nos l'a d'mandé, èt lès gendarmes fëj'nè bén leûs-ovradjes, don ! Vos vourîz quë djë m'ènn'okëpe ? » « Eû ! Non, non... djë d'mandéve ça po l' tchambe là, më! »...

Tot nos r'soûwant onk l'ôte après avë prind nosse douche po nos r'chandë : « Èlle èst t't-a fait seûr quë c'èst l' fë Braîbant ! Ça n' pourot yèsse qu'on-acsëdint, n'a rén qu'asprouve lë contraîre, in ! » « Portant, por më , c'èst seûr lë ! » « Qwè ç' quë fait dîre ça ? » « Mèrence èst quaûsë seûr dë d' ça ! Èt tot l' monde va sondji come lèye. Après l' docteûr Grënier, c'èst l' Braîbant : dès djins dë d' vaîcë ! »... « Dring...dring..! » On tèlèfone s'a mètë à soner dins l' maujone... « Alô ?... Oyë !... Po Monsieû Djan ... Djë m' va vos l' qwaîre ! »... « Oyë, Djan... ? » « Çà sèrè më l' trwèsyin.me! Faut quë dj' vos cause ! » « Oyë...oyë...poqwè ni vaîcë ?...Bon !...Comint d'djos ?... lès « MB ?», bon, come nos-avans dët, djë troverè bén, djë dèmare tot d' sûte ! ». Djan a r'passé pa l' tchambe tot èfoufy. « Qui ç' quë c'èstot ? »... « André n' dëvrot pës taûrdji, quëne eûre è-st-ë ? » « Bon, vos d'mèréz vaîcë !, vos li èsplëqueroz !, dj'ènn-a ni po longtimps ! » « Djan ! » « Klap ! » « Lès MB, qwè ç' quë ça vout dîre ? Là, qu'ë m' laî tote seûle, à mëtan mièrnouwe, èt pèter èvôye sins rén dîre !...


« Vos sôrtoz, Monsieur Djan ? Avoz d'djà vèyë ç' qu'ë tchaî ? ...

One pëtëte cinse... one atèliér astok, ça dwèt yèsse ça ! On grand « M.B » së l' vëtrëne : téns l'ëch èst crâyetéye ! « N'a-t-ë one saqui ? »... « Vos-èstoz, Monsieû Djan ? » « C'èst vos quë vént dë m' tèlèfoner ? » « Intréz, vënoz par cë. Vënoz dins l' place dë d'dri, nos-arans pës aujîye po causer.» « Volà, c'èst vaîcë quë dj' boute. Quand l'ovradje à l' cinse m'è laî l' timps, djë r'fait dès-instrëmints d' mësëke. Ça crauche one miète nosse tartëne. » « Vos vëker tot seû ? » « Dj'a èvôyi m' fème èt m' crapôte adlé sès pârints à Namèr. »... « Dj'a r'çu ça, dins m' bwèsse aus lètes, sins pont d' témbe dëssë... » « Quand ? » « One tos lès djous, lë daîrëne audjourdë au matén. » « Èles n'ont ni sti sëgnîyes... »... Lë sonète dë l'intréye s'a mètë à chël'ter : Dring !...Dring !... « Vos-avoz l' timps one mënëte ? »... « Jësse one pratëque quë vënéve rëqwaîre së saxo. »...

«  Maria sèrè r'vindjîye », c'èst tot ç' qu'ë n'avot së lès lètes tapéyes à l' machëne...

« Qui yèsse ça : Maria ? » « C'è-st-one saqwè quë n'èst ni aujîye à r'naudé fou d' më stoumak. » « Vos-avoz mostré tot ça aus gendarmes ? » « Non, jëstëmint... c'è-st-one saqwè qu'on n' raconte ni à cès djins-là... » « Poqwè ? » « Vos n' sâriz à crwêre !... Braîbant min.ne lë lësse, lë mèyeû mètouwe po gangni lès-élècsions, ë d'vaîrè seûr mayeûr dè l' comëne. Ë n'a vraîmint ni dandji quë c't-ëstwêre-là remonte après véngt-cénq-ans. Asteûre, quéquefîye, qu'avou s' gamin...? » « Choûtéz, djë n' comprind jësse rén à voste afère. Së vos cominc'riz pa l' comincemint ?» « C'èst vos qu'a raison. Djë m' va vos dîre ...Tot ça r'monte à là d'djà d' pës d' véngt-ans... » « A fén dè l' guère, Yvan Grënier, Fons Braîbant èt më, nos-avîn' monté on « Djazz Band » come on d'djéve dins ç' timps-là. Lès-Amèrëkins avîn' rëprind l' plènne de Bauvètchén aus-Alemands. Nos choutîn' leûs mësëkes èt leûs tchansons, dè « Jazz », èt to l' trayin la !. Tant qu'on s'a dët qu'on f'rot bén ossë bén qu' zèls. On a fait saquants bals dë vëladje, ës-ont v'nës nos veûy, tant qu'a fait, qu'on-a sti invëté adlé zèls, së l' plènne.. Tos lès vinrdës èt tos lès sèm'dës nos-alîn' djouwer po lès soudârs. Bén rade ossë, deûs crapôtes dè l' Brouwêre, ont v'nës nos copler : Maria èt Marcèle Bélène. Maria à l' guëtâre, Marcèle po tchanter. Ë n'avot cénq djon.nès fèyes dins ç' famële-là, èt tos leûs noms comincîn' par-ôn M. On-avot loumé nosse pëtët-orkèsse lès « Magic Band », Mins, dè momint qu'èles-ont-st-arëvés, on-a tchandji l' nom, ça a dëv'në lès M.B. On n'a pës r'tënë quë lès deûs prëmënès lètes dë leu nom, po leu-z-i fé oneûr èt tél'mint qu' nos lès vèyîn' volti. Cès deûs lètes là, ont todë d'mèré à m' vëtrëne ! Mins c'èstot d' Maria quë nos-èstîn' tos lès trwès au pës fou onk quë l'ôte. Èlle avot tot jësse seîze ans. Èlle èstot së bèle !... » « Qwè ç' qu' a arëvé avou lèye ? »...

« On djou, on-avot djouwé à l' cantëne dès-ofëciers, sur l' plènne, à l' Brouwêre, Marcèle avot râlé tot d' sûte. Nos èstîn' dëmèrés tos lès trwès avou Maria, à chouter dès platënes avou lès Amèrëkins. Ës nos-ont sièrvë dè wiski, ça a v'në tot seû,... on n' sondjîve ni à maû,... on à bèvë...C'èstot l' fén dè l' guêre... »...

Lë p'tëte cloque au d'zeû dè l' pwate d'intréye a rëc'minci à bigneter. « Dring, gling, gling ! » « ?... Vos v'loz bén quë dj' vôye veûy ? » « Rotéz ! »... « Bawoum ! Kling ! Tling ! Tzing ! ... » « Qwè ç' quë s' passe ? Qu'avot ?... Dj'a acoûrë dins l' place, Monsieû Rolofe tchaîyéve dins lès clarënètes, lès saxos èt lès grossès caîsses, on coutia au mëtan dë s' dos !...


Djë m'a rabîyi à l' va-rade, dëschinde à l' valéye, Mèrence èstot dins s' comptwêr. André astampé d'vant lèye. « Â, André, të v'là ! C'èst ni trop taûrd ! Véns ! » « Madame Mèrence, qwè yèsse çà « M.B. » ? » « Mins ! Julia ! Djë véns dè bouter tote lë djournéye, dè fé l' vôye, djë so fén frèche avou tote l'aîwe quë tchaî èt djë vouro bén rintrer mès loques èt më r'souwer one myète, Ô, là ! Qwè ç' quë vos prind ? » « Èt qwè ? Të m' sûs ? » « Bon ! Ça va ! Dj'arëve ! » « Djë n' vwè ni volti quand' Djan ènn'èva come ça ! »... « On va lon ? Pace quë, më, djë d'gote, la ! » « André, të m' choutes ou qwè ! Djë t' cause dà Djan ! » « Èt bén, më ni ! Djë so-st-odé mwârt, frèche come on canard, dj'a jësse ausse d'one boûne jate dë cafè èt d'on bon p'tët vêre po më r'tchaufer ! » « Të m' rawaîte bén là, tès deûs mwins dins tès potches !? » « Eû ! Oyë !, poqwè ? » « Baf ! »... « Ouf ! Ça m' va mia !, të m' sûs asteûre ! » « Là quë dj' tchaî à pin.ne à l' pacète, quë dj' so ènaîwé come on vairon, èt au d 'dëzeu, djë r'çu co dès bafes ! » « Choute ! Lès-ambulances èt l' polëce !... Ës vën'nè par cë ! C'èst là, waîte ! C'èst là, c'èst ç' cinse là, quë Madame Mèrence m'a loumé. Dj'a ètindë qu' André ènnè causéve au tèlèfone ! » « Pourvu qu' Djan n'ôye ni r'çu on mwaîs côp ! »...


Lès sougneûs rësèrîn' leûs-ëch èt r'dèmarer au pës r'wèd !... Lë polëce èstot-arëvéye en min.me timps qu' zèls « Qwè ç' qu'ë vos-a dët ?, Poqwè a-t-ë d'mandé à vos veûy ? » « On li avot scrit qu'on s'ataquerot à lë ! » « Poqwè ç' qu'ë 'n-nos-a ni mostré çà, à nos-ôtes ! » « Ça, djë nè sé rén ! Djë pinséve qu'ël 'l'avot fait ! » « Avot-ë dès dotes ? Vos-ènn'a-t-ë causer ? » « Ça, djë n'a ni yë l' timps d' li d'mander ! » « Bon, Monsieû Djan, vos m' bourez dès craques, là ! Dëspôy quë v's-èstos tchaî, par azard, mins quëne azârd !, dins nosse pëtëte comëne, së ni co-r-one djournéye, ça vos fait : one mwate, on-ome qu'on n' rëtrove pës, èt asteûre, on daîrén avou on coutia dins s' dos ! Èt vos m' rèspondoz à d'mèye, èt vos m' dëjos quë vos n'avoz rén à veûy avou tot ça ! Vos n' parvaîroz ni à m' satchi fou dë m' tièsse quë vos 'nn-èstos ; dëdins, èt bén d'dins ! Vos racont'riz ça à on tch'vau d' bwès, ë vos fout one rouwade ! » « À ! bén seûr ! À taurdji d'asteûr, dj'i so bén d'dins ! » « Qwè v'loz dîre ? » « Ç't-ome là, m'a d'mander d' l'aîdi ! On n'a ni yë l' timps d' sëgni on papi, mins l' coutia qu'ël a r'çu dins s' dos, èt quë dj' n'a ni soyë l'èspaîtchi, ça vaut bén tos lès contrats. Djë v' garantë quë dj'èl rëtrovrè l' touweû ! Bonswêr Comëssaîre ! »... « Armand ! » « Oyë !, comëssaîre » « Mètoz-m' deûs-omes au kë dë ç'tëla, èt sins r'lache don ! ».


Lë trèsyin.me djou.


Lë lèd'dëmwin tot timpe, on s'a mètë dins-one cwane à l'ôtèl po tûser à tot çà : André, Julia, èt më, timps qu' Madame Mèrence lavéve sès vêres à bîre, èt nos sièrvéve one boune pëtëte blanke gote èt one grande jate dë fwârt cafè. « Julia, vos-iroz trover l'imprëmeû d' l' « Ècho dè l' Djausse », èt li d'mander dè rawaîti dins sès viyès gazètes dë d'là a pau près vingt-cénq-ans. Vos-i trovreroz quéquefîye bén one saqwè quë s' rapwate avou tot ç' quë nos vëkans audjourdë. » « Vos m' përdoz por-one frëmouche, qwè ? » « Twè, André, të véns avou më, Nos-irans trover l' Braibant! » « Ê ! èt m' jate dë cafè ? » « Vas-au diâle avou t' jate dë cafè, aléz !, dëspaîtche-të, l'ovradje në ratind ni ! »... On n'avot ni co ron.lé cint mètes : « Ë m' chone quë nos-èstans sûvë ! » « T'è faît ni : c'èst seûr lë polëce, djë sèro à l' place dè l' comëssaîre djë f'ro l' min.me ! »...


Djë mètéve më « KW » po 'nn-aler : « Madame Mèrence ?!, Dj'a vèyë quë vos nos choûti, là !, Qui yèsse Maria ? Qwè ça-t-ë passé avou lèye ? ». « Djë... Djë n' sén ni qwè vos dîre au jësse... À ç' timps là, dj'èsto fème à djournéye vaîcë, c'èstot l' fén dè l' guêre !, en plin.ne èsté, ë n'avot tot plin d' djins. » « Qwè s'a-t-ë passé, Madame Mèrence ? »... « Maria a sti r'trovéye mwate !, sëpotchîye pa d'zos one jeep dins lès campagnes. Lë polëce mëlëtaîre s'ènn'à tchèrdji, mins on n'a jamais rén r'trové. Lë brût à courë qu'èle avot yë dès dësbrouyes avou lès-Alemands. Lès rèsëstants grognîn' dëdjà së l' famël, ës-avîn' volë tonde one dë sès sous. Volà, c'èst tot ç' qu' dj' pou vos dîre ! » « Mèrcë bran.mint dès côps, Madame Mèrence ! » « Ô, tot ç' quë dj' sé, tot l' monde èl sét, savoz ! »...


Lë Jëles mon Lorge, garde tchèsse, së lès béns dè l' cinse dë Wayindje, batéve lë campagne avou s' tchén. Lë bièsse s'a mètë à aweler. « Diane ! Diane ! T'as trové one saqwè ?, brave tchén và !, rataudje, dj'arëve ! » « Â !, Mon Dië ! »...

Lès deûs gabelous à nosse kë, nos-avans avoré ad'lè lès buraus dè l' Braibant. « Nos vourîn' bén veûy Monsieur Braibant ? » « Vos savos, avou s' gamin quë n'èst ni rinté, ë n' vout veûy pèrson.ne ! » « Tënoz, mostrèz-li ç' papi cë, nos ratindrans s' rèsponse. »... « Ël-èst d'acwârd po vos r'çûre ! »... « Qwè ç' quë l' Roloffe vos-a raconté ? Qwè ç' quë v' savoz së Maria ? Ë n' faut ni crwère totes lès bièstrîyes qu'ël-a dins s' tièsse. Ël-a todë crèvé d' djalouserîye së nosse famële. » « Èst-c' qu'on v's-a chagrëné avou dès lètes ? » « Oyë ! Djë m'a bén bësqué së l' momint, mins dj'a mètë ça së l' compte d'on djalou come d'abëtëde, èt dj'èl'-z-a tapés èvôye. » « Èst-ç' quë l' nom da Maria èstot loumé d'dins ? » « Chôutéz, cë qu'on pourot vos dîre së l' compte da Maria, tot l' monde dins l' vëladje pout vos l' raconter : on l'a r'trové dins l' chavéye yinte lë Brouwère èt Maujone dè Bwès. N'a d' pës d' véngt-ans dë d'cà ! »... « On-a causer së lès Boches, së l' résëstance, lès-Amèrëkins, on-a co causé d' bwèsson ossë. ? » « Ç'èst co l' Rolofe quë v's-a bouré ça !?, çà n'èst qu' dès bièstrîye. Ça n'a jamaîs sti asprouvé ! » « N'èstot-ç' ni vosse papa qu'èstot mayeûr adon ? »... « Monsieû Braibant ? »... « Djë n'a pës rén à vos dîre !... Pës asteûre !... Më fème èst tote aflëdjîye, avou tot ç' quë nos tchaî së l' dos ! Faut qu' dj'èle sotègne, djë r'toûne adlé lèye, à r'veûy !.

On-a bouchi. Nos-avans crwèjelé l' comëssaîre èt l' gârde-tchèsse avou leûs mwaîchès novèles...!


Au min.me momint, « Aus-Èkos dè l' Djausse » : « Vos t'noz dès copîyes dë vos vîyès gazètes, Monsieû ? » « Bén seûr, Madame, dëspôy quë dj'à r'prins l'imprëmrîye, èt co m' papa avant më !, n'a-t-ë one saqwè quë vos vourîz r'trover ? » « Bén, ça s'a passé à l' fén dè l' guêre ! » « Ô !, dj'èsto trop djon.ne ! Vos poloz rawaîti dins cès drèsses là ! » « Vos-èstos tot seû po travâyi vaîcë ! » « Vos savoz, nos n'èstans ni one gazète à canlètes, à paur lès colons, lë foutbal', lès coûs' à vélo, lès-ètèr'mints, nos n'avans waîre d'ôtès novèles po nosse pëtët vëladje ! S'ë-n-a one saqwè d' pës s'barant, ç'èst lès grandès gazètes qu'èvôyenèt leûs grate-papis ! » « Mins, po lès touwés, lès-acsëdints èt ... » « Bén là, së ça contënoûwe insë, po d'mwin, nos-arans on trayin d' tos lès diâles dins l' vëladje ! »... « Â ! Volà !, dj'a trové ! »

Lë sonerîye dè l' téléfone à rimplë tot l' bûrau. « Alô ! Oy' !... Qwè ?!... oy' , dj'arëve tot d' sûte !... Vos v'noz avou më ?, on-a r'trové l' fë Braibant à Wayindje ! ».

Dî mënëtes pës taûrd, nos-èstîn' së place. André èt Djan avîn' sûvë lès jendârmes èt l' pére Braibant. Lë garde-tchèsse, tot-èfoufyi fiéve së litanîye à l' comëssaîre. Djan s'a mètë à rèflèchë tot wôt po nos-ôtes. « Lë touweû arot d'vë laîyi l' mwârt dins-st-auto, poqwè a-t-ë rësqué d' l'èpwârter avou lë, dè l' catchi, èt dè l' ramin.ner vaîcë ? » « Ç'èst quë ça vout dîre one saqwè, së 'll-a ramin.ner vaîcë ! » « Më, djë sé bén poqwè ! C'èst vaîcë qu' Maria a sti r'trovéye à l' fén dè l' guêre !. Dj' a véyë l' foto dins lès vîyès gazètes. C'èst jësse à ç' place-cë. ! » « T'ès bén seûr dë d'ça ? » « Seûr !, dj'a bén rawaîti l' foto. Dins l' fond, on vwè l' cwane dè bwès, èt l'intréye dè l' cinse ! » « Ça vourot dîre, qu'one saqui vourot r'vindji Maria, èt qu'ë s'ataque aus trwès djouweûs d' mësëque ! »... « Comëssaîre !... Comëssaîre ! Combén d'ome avoz mètë d' garde àdlé Rolofe à l'opëtal ? » « À l'opëtal ?... onk tot seû. Poqwè ? »...

Nos-avans coûrë jësqu'à nosse-st-auto, èt dèmaré ossë rwè. « Waîte dins l' mërwè ! Lès deûs polëciérs nos sûvenèt ! » « Tant mia ! Avou cès deus-t-là, nos 'nn-vans asséz ! »...

Timps qu' nos nos dëspaîtchîn', one grosse nwêre auto s'a gâré dins-one pëtëte vôye astok-à l'opëtal. On-ome abîyi d'one casaque dë bèdot, së vësadje a mëtan catchi pas sès grands brënes poûys a-st-intré sins fé chonance dë d' rén. Ël-a passé à bachète dëvant l' vëtrëne dès-infërmiéres. Lë passadje èstot vûde. One sougnante a sôrtë d'one tchambe, tot li mostrans s' dos. Lë timps dë r'satchi one pëtëte botâye dë d'dins s' potche, d'è vûdi one lampéye dë drogue sër-on bokèt d' wate qu' ë t'néve dins l'ôte mwins, ël' èstot d'ssër' lèye. Ël' l'à apëci dë d' pa padri, li aclaper cë quë t'néve dins s' pougne së s' vësadje... Èle n'a ni yë l' timps dë s' cobate, qu 'èle dârméve dëdjà !. Ël' l'a trin.né dins-one pîce qu'èstot vûde, l'a catchi pa d'zos on lént, li raûyi s' blanc moussemint po s'è l' mète së s' dos. Ël-a co r'satchi on long coutia dë d'dins s'pia d' bédot. Ël-a roter jësqu' à l' machëne à dëstrëbouwer à bwêre, prinde one jate dë café, èt s'avancë doucètemint jësqu'à l' cwane. Lë gendarme d'awaîte que lîjéve së gazète, achit' pa d'dvant l' tchambe da Rolofe, n'a ni yë l' timps dë së r'lèver. Lë jate dë cafè li a pèter à l' tièsse, èt l' côp d' coutia li a trëvièrsé lë stoumac !...

Lë timps d' garer l'auto, Paul, pës spëtant, couréve dëdjà, dins l'opëtal, dëmander l' nëmèrô dè l' tchambe da Rolofe...

L'ome a-st-intré dins l' tchambe. Rén n' mouftéve, ël-a sti drovë l' fënièsse èt r'satchi lès rëdaus. Ël-a rauyi l' gote à gote, mins, lë timps d' prinde së rèvolvèr, André pètéve l'ëch au laudje. Ça a cominci à bardouchi, dè deûs costés ! Rolofe s'a dëspièrté, on rèvolvèr pa d'zos s'néz. Mins André rëcomincîve à satchi. L'ome s'a r'toûné èt lès côps d' rèvolvèr ont r'cominci a pèter : saquants côps, pa costé d'André, èt pwis, dè costé d'a Rolofe. Cët-cë avot volë së r'lèver, mins ël-èstot tchai à l' valéye dè lént. Djan acouréve. « Djan ! : lë fënièsse ! ë va foute lë camp pa l' fënièsse ! Fait l' toûr pa padri ! »... Djan à r'toûrné casaque en courant, tot crwèjelant lès gendarmes : « Â ! vos v'là ! Vos deûs ! « Qwè ç' qu'ë s'passe là d'dins ? Qui ç' quë satche insë ? » « Sûvoz-m' rad'mint, djë pinse quë n'avans l' touweû ! » Lë timps d' së r'trover à l' intréye : « Là !, l'auto quë toûne à l' cwane ! Satchi, bon Dië ! »... Trop taurd, èlle èstot d'djà trop long...

Lë méd'cén d' naît èstot-acourë dins l' tchambe. « Atincion ! L' cwachûre s'a r'drovë, solèvans n' lë doucemint, djë m' va li fé one pëqûre dë drogue po l' soladji »...

« Monsieû Djan... Monsieur Djan... èstoz là ?... Monsieû Djan ! » « Ë vout causer, docteûr, vos v'loz bén ? » « Bon, ni trop longtimps, don ! » « Monsieû Djan, faut...faut... quë dj' vos dîye... on côp lès soudârs èralés...on l'avot faît bwêre... vos m' compërdoz... On-a crwèyë tos lès trwès qu' Maria s' laîrot fé... Èlle avot tél'mint bèvë...Èlle a tchaî à l'aurvièr...come mwate. Së tièsse à bigneté së lès pavès...On-a assâyi dè l' dëspièrter... rén à fé... On n' savot pë qwè !... Yvon Grënier, fyéve sès stëdes à Lovin po yèsse méd'cén... Ë nos-a dët qu'èlle èstot mwate !... C'èst-st-adon qu'onk dë nos trwès à yë l'ëdéye dè monter one faloute po fé crwère à one acsëdint...On a prind one jeep quë lès-Alemands avîn' aban.d'ner së l' plènne... on l'a couki d'dins... passer pa one trawéye ... à catchète..., po qu' lès-Amèrëkins në nos vèyenèche ni... èt on-a sti l' baker dins l'chavéye... à Wayindje... en z-èralant !... On s'a promètë onk a l'ôte, qu'on n' dîrot jamaîs rén... èt qu'on sotaîrot tos lès trwès qu' Maria èstot sôrtîye en min.me timps qu' lès soudârs... qu'on n' l'avot pës r'vèyë... qu'on avot ralé au pës coû pa lès pisintes. » « Ça tchaîyéve au bon momint, avou totes lès mëséres qu'on-a conë après l'armëstëce. » « Mins, au djou d'audjourdë, avoz dès dotes së l' çë qu'a fait ça ? » « Taûrdji... Taûrdji !... c'èst ni co tot ! Nos n' l'avans aprins qu' saquants djous pës taûrd ! Après qu'èlle a sti dins lès mwins dès méd'céns !... Grënier s'avot marvouyi : Maria... Maria... n'èstot ni mwate...! vos m' compërdoz... èle n'èstot ni mwate quand' nos avans baqué l' jeep dins l' chavéye...  !... » « Mins, audjoûrdë, Monsieû Rolofe... qui ? » «  Asséz ! Monsieû Djan, taûrdji, asteûre ! Vos vèyoz bén qu'ë n'èst pës capabe dè causer, don ! Ël-èst rop flaûwe ! Vos l'aléz fé morë ! »...

En sôrtëchant dè l' tchambe, on s'a r'trové d'vant l' tchèyère dè l' gendarme. Ë d'mèréve one pougnîyes dë pouys à l' têre : « Djan ! Done më on pau tès-alëmètes ! » Dj'a mètë cë qu' dj'avo dins mès mwins au d'zeu dè l' flame. « T'as vèyë ça ! Dès pouys çà s'arot rclapoté par l' tchaleur, cèt-cë, ës-ont brûlé qausë tot d' sute ! C'èst ni vraîs pouys ! Ça vént d'one pèrëque ! » « Waîti !, Monsieû Djan ! Dj'a trové ça astok dè l' sougnante, èlle a yë pës d' chance quë l' gârde, lèye : jësse èdârmoûwe ! » « A-t-èle vèyë l' bënète dè l' cë quë l'a ataqué ? » « Non, èle në s' sovént dë d' rén ! » « Djan, c'èst one casaque de bèdot ! Lë min.me quë l' cëne qu'on-a vèyë l'ôte djou, quand on a touwé Rita ! Vos n'avoz rén trové d'ôte, Monsieû l'inspècteûr ? » « Non, Madame, dj'a bén nachi pa 'tt'avau tot » « Min.me ni dè brënes poûys ? » « Non, Madame, rén d' tot ça ! »...


À l' vièspréye, on s'a r'trové tos lès trwès dëlé l' Mèrence avant d' soper. « 'S-on r'pëdrot on côp tot dëspoy lë cominc'mint ?. On n' sét co waîre dë tchôse po Rita, èt rén d' pës po l' fë Braibant. » « Po Maria, ça, on 'nn'èst seûr, c'èst Braibant, Grënier èt Rolofe. Ë nos l'a dët lë min.me qu'ë-n'èstot ni fiér dë d'ça èt qu'ës-avîn' fait pîre quë mia ! » « V'là véngt-cénq-ans, pèrson.ne n'a rén soyë. Èt asteûre, ça pourot yèsse Marcèle, à mwins' qu'èle në payërot one saqui po l' fé à s' place, quë vourot r'vindji Maria : së soû !.Èt co, lë r'vindji, come lèye a sti r'trovéye èt à l' min.me place. » « Min.me dë d' ça, on 'nn-èst ni seûr ! Èt poqwè asteûre : véngt-cénq-ans pës taurd ? » « Èt poqwè, co, s'ènnè prinde aus djins quë toûnenèt, sauf po Roloffe, autou dès mësëcyins ? « Tûséz on côp à tot ça, tortos dins vosse cwane ! On-è r'causerè ! »...



Au min.me momint, one saqui tape one lète së s' machëne à scrîre :


Quand m' soû a sti r'trovéye mwate, më vëkaîrîye a baqué. Dès-anéyes au long djë m'a dët qu' c'èstot dë m' dëfaute ! Quë dj'aro dë d'meurer avou lèye, cë naît là ! Combén d' côp a-dj' volë mète fén à mès djous, lauvau, tote seûle, bén lon, en-amèrëke. Djë n' comprind ni co asteûre, cë quë m'a rastënë. Mins, audjourdë, djë sé tot ç' quë s'a passé ! C'èst po ça quë djë so rëv'noûwe. Djë vou qu' ës sôyenèche cë qu' c'èst, dè d'meûrer dès naîts sins dârmë, à soufrë, à agni së sès dints, sins rén soyë comprinde, sins rén soyë...! À leû toûr, audjoûrdë ! Djë vou quë compëd'nèche' tos lès twârs qu'ës nos-ont faît : à m' soû, à më, à tote nosse famële ! Qu'ës n' rovîyenèche jamais qu' c'èst d' leûs bièstrîyes quë Maria à morë ! Lès touwer, c'èst co trop bon por zèls ! Djë v' garantë, ës vont soufrë ! Ë n'a qu' po Grenier qu' dj'a co dès dotes... Mins vos poloz ènnè yèsse seûr, s'on më r'trove, come më sou, dins l' chavéye à Wayindje, quand vos droveroz ç' lète-cë, dëmwin au matén, ça vourè dîre quë dj'a tapé jësse. Maria arè bén sti r'vindjîye !.

Marcèle.



Asteûre quë l' lète è-st-achèvéye, à nos deûs, më p'tëte Marcèle ! One miète dë drogue së vosse laîd mëson, po vos-èdârmë, èt nos-îrans fé on p'tët toûr !.. C'èst vos quë pwat'rè l' tchapia !...

On bèvéve jësse one pëtëte gote, aviès chîj-eûres. Mèrence m'à v'në qwaîre po-z-aler au tèlèfone. « Oyë... Â, bonswèr, comëssaîre,... oyë... oyë... Vos-avoz r'trové dès tch'fias quë provën'nè d'one pèrëque ! Bén, c'èst jëstëmint cë quë djë m' dëjéve ossë, la !. Lë soû da Maria, èlle èstot brëne, don ?... Poqwè arot-èle yë dandji d'one pèrëque ? Dëjoz-m' on pau, po Rita, lèye ? Avoz trové cë qu'èle fiyéve à Wayindje, lë djou qu' èlle a sti touwée ?...Nona,...po rén..., jësse one saqwè quë m' passe pa l' tièsse... » « Dè noû, Djan ? » « Bâ !,...non... tot ç' quë nos-avans d'djà advëné, là !... Ça vos-irot one pëtëte rote jësqu'a Wayindje ?... »...


« Lë comêssaîre waîte dè r'trover Marcèle. Mins, ë n'a on-oucha ! Tot d' sûte àprès l' guêre, èlle a 'nn'alé en Amèrëke, po contënouwer sès stëdes, èle n'a jamaîs rëv'në. Èle sèrot acopléye avou on Monsieû Vandertie. » « Èt sès pârints : zèls ? N'a-t-ë ni moyé d' soyë ? » « Lë pa a morë l'a d'djà saquantès-anéyes, l' man a sûvë 'tt-ôssë rwèd !... Lë comëssaîre a tèlèfoné en-amèrëke, ë waîte dè soyë à qwè ç' qu'èle rëchone. »... « Të m' dîros bén qwè ç' qu'on-èst v'në fé vaîcë ? » « Bén, djë voléve jësse fé l' vôye da Rita, à l' vièspréye qu' on l'a touwé. »... « Èlle aléve dîre bondjou, à s'mame, së lë d'zeû d' Maujone dè Bwès. Waîte, on-i èst qausë rindë. Dj'iro bén li d'mandé one saqwè, së n'a moyén dè l' veûy. »...

Toc, Toc, Toc, « Bonswêr, Madame ! » « Bonswêr, mès djins... intréz... vos-èstos dè conëchances da Rita ? » « Ni d' 'tt-a faît, Madame, nos rawaîtans d'apëssi lë cë quë l'a touwé » « À !, vos-èstos Djan, André èt Julia. Intréz,... achitoz-v' ! dj'a one saqwè à vos dîre. »... « Èst-c' lë vèrëté, qu'on-a r'trové l' fë Braibant, touwé, lë ossë ?, dins l' chavéye à Wayindje ? » « 'L'a ni d' pës d'one copes d'eûres, Madame. » « Choûtéz... djë n' l'a ni dët au comëssaîre, ë-n' më l'a ni d'mandé non pës d'ayeûrs... Mins, asteûr, së c'èst l'vèrëté quë l' fë Braibant a sti touwé, lë ossë... Ë faut quë dj' vos dîye... Ça fait bén deûs mwès quë m' Rita èt Baudwin Braibant carèssin' échone. Ës v'nîn' më dîre on p'tët bonswèr totes lès samin.nes. »... « Ô !, djë conè bén totes lès mëséres qu’on-a mètë së l’ dos dë m’ craponte va ! Mins ç’côp-cë, m’ chonéve quë c’èstot po d’ bon, ë causîn’ mariadje ! » « Grënier, èl' savot-ë, lë ? » « Bén, ës s' catchîn' la, mins ça n' vout ni dîre qu'ë n' él savot ni ! »... « Madame, Avoz l' tèlèfone vaîcë ? » « Alô !? ..., Alô !?... » « Monsieû l' comëssaîre ?... oy'... ë faurot quë vos mètrîz vos-omes à Wayindje, lë pës rate possëbe... Oyë... nos savans qui ç' qu'a touwé... Mins ça rësquéye dè mau toûrner,...bon, à tot d'sute, Vaurot mia vos catchi, èt pont d' brût, don ! »...

Nos-avans laîyi là, l' maman da Rita po rëdchinde ratinde lë comëssaîre së l' bôrd dè l' chavéye...

« Bon, lès-omes, vos vos catchis dins lès bouchons tot-autou dè l' place quë vos conëchoz. Vos, vos-aléz ratinde à l' crwèjelée au d'zeû, à Maujone dè Bwès. Vos , dë l'ôte costé, së l'vôye dè l' Brouwêre. Së vos vèyoz one auto quë pwinte së néz par cë, vos m'avèrtëchoz 'tt-ossë rade avou vosse radio ! » « Èt, vos laîroz fé Monsieû Djan, don ! »...

Nos n'èstîn' ni co së place d'one dëmèye eûre qu'one grosse nwère auto rôléve au d' trëviès dès têres è tri, sès p'tëtès lëmerotes alëméyes... Dj'èsto qausë à dî mètes dè l' place où ç' quë tot ça avot sti èmantchi, bén racwètë dins-on bouchon...

L'auto a taûrdji, dësténde sès lëmerotes. L'ëch dë d' pa d'vant s'a drovë, dj'a r'conë l' pèrëque quë dj'avo d'djà vèyë. L'ome a cotoûrné l'auto, drovë l' cofe, èt prinde one saqui dins sès brès po-s'avancë së l' bôrd dè l' chavéye...


« Mètoz-l à l' têre ! Grënier ! Vos 'nn-avoz faît asséz ! » « Vos !...Dj'a yë dès dotes, lë prëmëne naît, dj'a sondji quë vos poûriz quéquefîye bén tchèri à m' cwade, dj'aro dë vos toûwer së place !... » « Vos n'avoz ni sopwârté qu' Rita vos laîye por-one ôte, don ! » « Ça n' vos r'waîte ni ! » « Vos avoz touwé Rita télemint quë v's-èstîz djalou. Èt, co s' galant, au d'dëzeû. Èt pwis, vos-avoz èmantchi tote l'ëstwêre po fé à crwêre à on r'vindjadje. Vos-avos jësqu'a fé rëv'në Marcèle. Vos l'avoz seûr rèssèré à vosse maujone ! Èt asteûre vos-alîz li fé fé l' këmëlèt èt arindji ça po qu'on crwèye qu'èle së sarot faît maleûr dë d' lèye min.me !" « Vos-èstos trop malén ! » « Èt vos, vos-èstos on malade, Grënier ! Vos n'avoz jamaîs yë pont d' rët'noûwe. Lès djins n' sont rén por vos ! Min.me Marcèle n'èst rén ! » « Djë n'arè pont rët'noûwe por vos non pës, këriyeûse agace ! » Lë timps qu'ë r'satche së rèvolvèr dë s' potche : « Paw ! » «  Lèvéz vos brès, Grënier ! » « Ouf ! Ël-èstot timps, comëssaîre ! » « Taûrdji ! Grënier, pont d'avance dè volë foute lë camp,vos n'îroz ni lon ! » « N'avancechoz ni..., non !..., së vos-avencëchoz co djë m' fou one bale dins m' tièsse, djë..., djë... »

Ë n'a min.me ni yë l' coradje dè satchi !... «  Volà one saqui quë r'vént dë d' lon... C'èst Marcèle ? » « Oyë ! Èle vëke ! Èle n'èst qu'èdârmoûwe ! Ël-èstot timps ! Èle l'ènn-a yë one dë chance ! »

Lë lend'mwin au matén : « Bén-astchaîyë quë l'mame dà Rita vos-a drovë lès-oûy, ayîr, Monsieû Djan, Sins ça, ël-arot sti trop taurd, èt nos n'arîn' jamaîs soyë l' fén mot po mète Grënier au trô ! Èt tot ça, c'èst grâce à vos ! » « Lë prëmi côp, quand nos nos-avans trové bëk à bëk, avou lë, ë m'avot choné qu' ça poléve yèsse one fème. Mins, ça m' trëbouléve dins m' tièsse. Adon, quand on-a soyë po l' pèrëque èt quë Rita èt Baudwin Braibant èstîn' au mia..., dj'a comprind quë tos lès cës qu'avîn' yë dès comptes à r'mète à l' touweû, li sièrvîn' jëstëmint bén à lë, èt ni à one ôte ! »... « C'èst come ça, dj'a polë dësnëki l'afêre, èt comprinde qu'ë dëvrot co toûwer on daîrén côp po s' mète à caraus ! » « Â !..., Um !...Vos m' doneroz vosse bènèdëcsion, së djë vos dë qu' dj'a dès r'grèts d'avë sti one miète paltèzak avou vos ? » « Vos fyiz vosse mèsti, don, comëssaîre ! N'è causan'ne pës ! » « Qu'aléz fé asteûre ? »...

« Djan !... Vos n' m'aviz ni promètë dë m' fé fer m' yintréye dins vosse famële !..."