Li R’naud èt l’ Nièrson

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.
Li R’naud èt l’ Nièrson
Li R’naud èt l’ Nièrson

Avoz d'dja r'marqué
que l'Grand Maisse a doné
tot ç' qu'i faut aus bièsses po s' disfinde ?…
Des cwanes aus gates, des grètes aus tchèts,
l'awion al wèsse, le côp d'pid au baudet,
al coloûte one pia qu'on n' sait l' prinde…
On bètch d' aci au p'tit mouchon ;
aus ègrèvisses, chaque one paire d' ètrikwèsses ;
des pates au lîve po l' lèver ; au nièrson,
dèl quèwe jusqu'a s'tièsse,
des picots,
qu'on dirot
qu'il a su s' dos
one vraie pèlisse d'arèsses.
Le pouwanteûr a sti faite po l' vèchau,
l'nwèreu dèl nait a sti faite po l' houlote,
les p'tites soris aront todi leu trau
et l' vète aline ne s' veût ni dins les djotes :
Oy′, le monde est bé fait et i gn-a ni dandji
dè n'ré tchandji.

On brave petit Nièrson, bé paujêre,
sokteûve si prandjêre,
rabouloté dins les hièbes d'on pachi.
Passe on R'naud. Le R'naud qu' furtèye todi
l'apôrçut èt, tot hureus d' l'aubinne,
t'ossi rate, d'au lon, l'arinne :
« Qué novêlle, don,
Compée Nièrson ? »
(L' Nièrson s' dispiète et l' wète de crèsse,
Fait stritchi pus fwart ses arèsses.)
«  Dje m'a lèyi dire, dérun'mint,
que nos d'vînes y-èsse one miète parints ;
sins manque,
parints d'au lon,
dè costé d' nos ratayons,
c'est ni po ça qu' l'amitié manque
et dje djure bé
que dj'sos bunauje de t' rèscontrer. »
(Nièrson n' boudje ni, le R'naud s'avance :)
« Maria, qu' t'es crau… t'es bé vaici ...
C'est da twè tot l' pachi ?...
Tu d'meûres fé mièrseu, qu'on m'a dit.
Vousse que d'j' t'èl dîye ?… Bé a m'chonance,
tu n' divros ni veker come ça.
T'as dèl famile, fais-è dè cas,
Mi fème se rafîye de t' conèche…
Vèns d'lé nos-autes au bwès,
tu sèrès bèsogni, t'èl veûrès;
t'arès des fréjes, t'arès des nwèjes,
et, si t' mindjes volti des lum'çons;
t'èn'n-arès, a diguè-day′, a diguè-don.
Alons, vî cosse,
cosse que cosse,
i faut que t' vègnes nos dire bondjou,
dje t' ratindrè onk de ces djous.
Asteûr, dj'è va … adè … mins i m'chone
que quand on z-est parints èchone,
on pont tot l' minme bé s' rabrèssi…
Comint diâle, vousse que dje t' rabrèsse,
tu n'as que des stitchants su t' tièsse ?…
C'est ça tes tchfias ?
Dj'inme cint côps mia
fougni mes lèpes dins on rabén de spines
que d' les frochi su tes babines.
Choute me consèy′… fais foute ça dje.
On bia nièrson come twè, waite, ça n'est ni pèrmes.
Vèns avou me,
dje m'è va justumint d'lè l' baurbi dêl viladge :
deus côps d' cisète, on côp d' raswè,
et tu m' dirès si c'est damadje,
tu sèrès r'nèti come on rwè. >>

Et la l'Nièrson qui s'alourdine…
I sût le R'naud,
come on lourdaud,
et va léyi rôyi ses spines.

Il est bia asteûr, pèlé come on' ou…
Qu'on dîye qu'il est r'mètu à nou,
ça n ' fait rén… A mitan vôye,
le R'naud l'ètraine padri one môye,
se daure dessus
et l' mougne tot cru.

C'est ni po rire
et c'est l' cas d' dire;
« Si tu n' vous ni qu'on t' mougne vekant,
ne cause jamais d' dèsarmement. »

Note Wikissourd
?