L’ Vint eiét l’ Solia

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
[ 89 ]LIVRE VI.

L'VINT EIÉT L'SOLIA.

(Phébus et Borée.)

L'Vint in bia jou d’sèt au Solia :

« N'fai né d’tès zimbarras dain tès collés d’chimiche,

« Pasqué les geins disent nu q'tes bia !

« J'vourêt bin qu’avét mi, tu viennes sayi tés sîches.

« D'vant m'fauce, eiét d’vant m’souffe, nia rin qu'est st’alabri !

« Tout seû j'fai tout mârchi su terre,

« Et j'su copu foire qué l'tonnoère !

« C'est mi qui fai daller l'vintilateür Fabri,

“ Cest mi qui fai chimté lés grisous dain les fosses,

« C’est mi qui fai chilé, hulé lés haut fournias,

« C'est mi qui d'su les euwes fai d’allé les batias,

« Et au zéles des moulins, qui leû fai couri l’posse.

« Si nia-dés geins, qu'ont bin mingi bin bû,

« Padri, pa d’vant, j'leu fai co fai du brû ! »

— « Tu n'dis né q’c'est in brû, m'wai à vo foute ell’pesse :

« Disti l’Solia, né pu q'lés geins q'tu fai péri!

« Ni d'su leû tiesses, quand tu fout dès ardoésses

« Ça n’impêche né qué j’su pu foire qué ti!

« Jé n’destru rin, mai j'fai viqui tout l'monde ;

« J'lume et jé r'chauffe les geins et lés biesses in fiant m’ronde.

« Voésse bin c’payisan là, qui séva avet s’via,

« Vousse wagi, qué d'vint ti, j'li frai satchi s’mantia ? [ 90 ]90 LES FAUFES DE J. LAFONTAINE.

— « Toppons ça, disti l’vint in boursoufflant s'machelle!

T't'aussi rade i comînce! tous ses sîches i choufelle!

V'là m'n’homme qui coét qu’on vout, l'liarachi l’pia du dos,

I sat’che ferme su s’mantia, su s'casquette et s’saurot!

L’vint n’sé coét né battu ! i s’radaye, i r'doubelle!

Mai l’payisan tint bon!

S’mantia n'tint pu q'pa in bouton!

Mai peû dé l’piette, i l’loye avét n'ficelle,

Et l'vint qui l’voèt désboutonnét,

R’chouffelle rade comme in déschainnét!

Mai l'payisan prin s’baston et i trotte,

Tins q'dain s’mantia, chaudemint i s’racrapotte.

— « À m'tour disti l’solia, vo fauce passe à costét!

Et v’la qu’au payisan i li pette ess’nanette !

I drouve rade ess'mantia, ét i sal’che ess'casquette.

I suêt dés gouttes comme dés poés!

I pouffét qui déstét tout pâle,

Et l’Solia r'doubelle co d’ardeûr,

Au point qui fiét n’châleur,

À fai sué lés pids du diâle! .

À l'fin no payisan cût, fondu pau Solia,

S'arrette, desfai l’ficelle, et i fout là s'mantia.

« Et bin, disti au Vint, qui s’qu'a gangni asteûre ?

« Vo stèt in petteu d’poés ! d’allét choufflé ailleûre !

MORALE :

Pa l’fauce eiét l’colère, Châles, on n'fai rin, intinse,

On réussit bin miœu pa l’douceûre et l’patience.